lundi 29 février 2016

VALLLS ANNONCE LE REPORT DE LA LOI EL KHOMERI !!!!!


En clair il joue la montre ,car la loi est reportée, elle ne sera pas présentée le 9 mars au conseil des ministres mais courant mars pour être votée en mai.

Valls a repris la main directement sur ce dossier, il annonce que des rencontres avec les partenaires sociaux , donc les syndicats vont avoir lieu pour dissiper "les idées fausses" et incompréhension qu'il y a sur ce texte.

Cette rencontre se ferra en sa présence à lui Valls, El Khomeri (qui n'a de fait plus la main sur sa loi) et Macron !

En gros il veut éteindre l'incendie car même la jeunesse socialiste appelle a la grève en nous prenant tous au passage pour des cons.

Alors VALLS AUCUN REPORT AUCUNE NÉGOCIATION D'APOTHICAIRE NOUS VOULONS UN RETRAIT PUR ET SIMPLE DE LA LOI !!!!!

ON NE FAIBLIT PAS GRÉVE GENERALE !!!!!

QU'EST-CE QUI EXPLIQUE LA JOIE DES AFRICAINS À VOIR LES AUTRES ÉCHOUER?


Je ne saurais dire le nombre de fois où j'ai vu mes frères se réjouir du malheur des autres. Untel a perdu son poste ? Ils applaudissent, s'en fichant qu'il se retrouve au chômage et que sa famille rencontre des difficultés à survivre. Un autre a trébuché parce qu'il a des dettes ? Ils applaudissent encore, prêts à le pousser pour qu'il tombe. Celui-ci a des faiblesses, on accentue les traits pour mieux l'écraser.

Je les vois se moquer : " Qu'il vienne alors se vanter maintenant !" Ils dansent, heureux devant un si grand malheur et moi, pauvre de moi, je ne me l'explique pas... d'où une si grande colère.

Qu'est-ce qui explique ce manque de compassion du noir à l'endroit d'un autre ?

La dernière histoire sur ma page est symptomatique de cette méchanceté ancrée chez nous. On enfonce la femme parce qu'elle est par terre, au lieu de lui tendre la main malgré tout et l'aider à se relever. Je sais au fond de moi, que les mêmes personnes jetteront l'anathème sur le type, lorsqu'il sera plus faible. 

Ils l'enfonceront dans les ténèbres, oublieux des services qu'il aura rendus aux uns et aux autres.

Mais qu'est-ce qui ne va pas avec nous ? Quel diable, quel démon nous possède 
? Et les choses s'empirent lorsqu'il s'agit d'une femme ! Et les choses sont bien pires lorsqu'il s'agit de quelqu'un qui a une sexualité différente ! Là, la mort rôde... Mais qu'est-ce qui se passe, bon Dieu ! Pourquoi ce manque d'amour et de tolérance ?

Calixthe Beyala

dimanche 28 février 2016

Lettre d'un retraité guyanais à la Ministre de la santé Marisol TOURAINE


Madame la Ministre,

Après plus de deux ans de silence, vous avez pris la généreuse décision d'augmenter les pensions et les retraites de 0,1 %. Soit environ 1 euro à 1,50 PAR MOIS ! ! !

Étant moi-même veuf et retraité, cette nouvelle situation génère dans mon foyer fiscal un véritable dilemme, à savoir : faut-il placer le fruit de ces 0,1 %, soit 1,3 euros, sur un livret A, au taux de 0,75 % comme je le préconise, ou alors céder à la folie dépensière de mes amies qui s'obstinent à vouloir profiter de cette aubaine, pour acheter un croisant nature le premier jour de chaque mois ?

Je suis sûr qu'en prenant cette décision, vous ne pensiez pas provoquer des problèmes de cette nature, mais pourtant le mal est fait .

Ma motivation de thésauriser cette prodigieuse augmentation, vient du fait que mon réfrigérateur vient de rendre l'âme. Et j'ai calculé qu'avec votre coup de pouce et en plaçant ce plus, je pourrai le changer dans 18 ans, sans bouleverser mon niveau de vie qui, malheureusement, est de moins en moins florissant, je dirai même en régression avec la taxe de la CASA. Mais je crois que vous en êtes consciente puisque vous avez mis plus de deux ans pour vous lâcher à nous accorder cette majoration inespérée.
Mais je me pose la question, pourrai-je attendre jusque-là ?

J'ai bien peur que non ! Je devrai alors, in fine, céder au caprice extravagant de mes copines et me délecter avec elles d'un demi croissant tous les mois.

Mais je vous demanderai de me promettre une chose : si dans les années à venir, pareille folie d'augmenter les retraites vous revenait à l'esprit, faites en sorte, Madame la Ministre, même si nous devions n'acheter toujours qu'un seul croissant, qu'il puisse être au chocolat, ce qui représente tout de même 80 centimes de plus.

Je suis sûr qu'avec votre esprit social, Madame la Ministre, vous ferez tout votre possible pour satisfaire ma requête.

Avant de terminer ma lettre, je voudrais vous assurer que, comme beaucoup de retraités, j'irai bien faire mon devoir de citoyen en 2017 pour l'élection présidentielle.
Veuillez agréer, Madame la Ministre, l'expression de ma très haute considération.

JC BLANCANEAUX

samedi 27 février 2016

Non, nous ne sommes pas des Arabes. Assez de mensonge, de fraude, de courtisanerie, d’impuissance et de peur … !!!

Père Théodoros Daoud, pasteur à l’Église orthodoxe antiochoise, Baltimore – Maryland 


La Syrien n’est pas un Arabe, l’Irakien n’est pas Arabe, l’Egyptien n’est pas un Arabe, le Libanais n’est pas un Arabe, le Jordanien et le Palestinien non plus.

Nous sommes des Levantins, nous sommes des Byzantins, des syriaques, des Chaldéens, des Assyriens, des Coptes, nous sommes les descendants d’Ebla et de la Mésopotamie, des Phéniciens, des Pharaons, nous sommes du Levant et son peuple autochtone. Nous ne sommes pas des Arabes, assez  de viol de  falsification de l’histoire, de la géographie, de la vérité et la réalité.

Les descendants de l’Arabie sont les Arabes – et pour rester fidèle à l’Histoire – nous disons qu’il y a des tribus arabes qui sont devenues chrétiennes mais l’arabité de la minorité ne saurait se généraliser à la majorité Levantine qui n’a jamais été Arabe.

Même si nous sommes arabophones, cela ne veut pas dire pour autant que nous sommes des Arabes. l’Américain qui parle anglais n’est pas un anglais pour autant, le brésilien qui parle portugais n’est pas  portugais pour autant et l’Argentin qui parle espagnol n’est pas espagnol pour autant. Ce sont des langues coloniales héritées d’un passé colonial.

Même si nous parlons arabe, nous ne sommes pas des Arabes et  ne nous  ressemblons en rien aux Arabes,  ni dans la pensée, ni dans le goût ni non plus dans la civilisation. Eux,  leur  terre est le désert   alors que la nôtre elle est celle du lait, du miel, de la figue, de l’amande, de la pomme et  du raisin. Nos ancêtres avaient cultivé la terre et s’y ont enracinés et ils y sont devenus « des Authentiques » quant à vous, vous êtes des nomades, vous ne semez point et vous n’y êtes jamais enracinés.

Nos ancêtres avaient planté la vigne, fabriqué du vin et cultivé la musique, ils ont fait la fête, ils ont dansé, ils ont construit des civilisations et écrit des livres, vos grands-parents ont bu du sang et ils le  font toujours,  ils ont dansé sur des cadavres de certains d’entre eux et abattus certains d’entre eux pour faire la fête et ils le font toujours.  Ils ont  détruit les civilisations et brûlées des livres et et le font toujours. Que ce soit dans l’Histoire ancienne ou dans l’Histoire contemporaine, nous ne vous  ressemblons point.

Notre passé est fait d’épopées, de science, et de gloire, quant à vous, votre passé est une trahison, votre présent est une trahison et votre avenir est une trahison. Ne nous vous ressemblons en rien,  ni par notre passé  humain, ni  par notre passé chrétien, ni par notre passé musulman. Les musulmans de mon pays, sont des musulmans aimants de la science de la vie, alors que vous avez élevé des peuples emplis de haine, de complexes, de maladies, qui adorent la mort. Notre passé est une civilisation, une science, une littérature, une musique, une poésie, votre passé est fait de sang, d’invasions, de haine et de convoitises.

Celui qui est devenu musulman dans mon pays, après l’invasion arabe, a gardé sa noblesse sociale, ses traditions, et ses coutumes et même celui qui a vécu parmi nous est devenu l’un des nôtres du point de vue social, nous avons mangé ensemble, dansé ensemble, ri ensemble et pleuré ensemble mais vous, vous ne changez jamais. 1400 ans et vous ne changez jamais et quand vous vous êtes rendu compte que  vous n’arriverez pas à nous changer, vous avez détruit notre pays, notre patrimoine, notre coexistence  et vous nous avez détruit. Le musulman Levantin n’a plus foi en vous, vous le dégoûtez plus que vous l’êtes  pour un chrétien Levantin.

Nous vous avons enseigné, construit vos villes, vos hôpitaux et vos universités et préservé votre langue. Si seulement nous ne l’avons pas fait, si seulement nous vous avons laissé à la justice de Dieu et votre destin plus foncé que votre pétrole.

Nous étions un pont entre vous et l’Occident et vous êtes devenus un outil entre les mains de l’Occident pour détruire notre oritentalité. Nous vous avons connu à travers vos fruits, un passé barbare, fait d’humiliation et de fractures. Rappelez-nous une seule victoire à vous  ?  Ou une seule  gloire à vous  ? Vos victoires se réduisent à l’anéantissement de l’Autre, du frère à frère, du fils à son père pour le pouvoir ou pour une femme ou  pour un chameau ou encore pour un âne. L’Occident vous a écrasé , celui-là même que vous taxez d’infidèle et vous lui léchez quand même les pieds pour qu’il préserve vos trônes, et  voler ensuite les deniers des pauvres pour remplir ses ( l’Occident ) banques.

On en a assez et on ne couvrira plus jamais cette farce à partir d’aujourd’hui. Ô vous bergers et messieurs les arabisants et les passionnés de l’arabisme, si vous souhaitez  la parler et vous en targuez, parlez  plutôt de votre lâcheté et non des peuples massacrés, violés et enlevés et dont le passé et le présent ont été détruit et peut-être même l’avenir, tout au nom de l’arabisme.

Gloire au Levant et que Dieu bénisse Nizâr Qabbâni.

 Traduit par R.O

 Texte d’origine

La Syrien n’est pas un Arabe, l’Irakien n’est pas Arabe, l’Egyptien n’est pas un Arabe, le Libanais n’est pas un Arabe, le Jordanien et le Palestinien non plus.

Nous sommes des Levantins, nous sommes des Byzantins, des syriaques, des Chaldéens, des Assyriens, des Coptes, nous sommes les descendants d’Ebla et de la Mésopotamie, des Phéniciens, des Pharaons, nous sommes du Levant et son peuple autochtone. Nous ne sommes pas des Arabes, assez  de viol de  falsification de l’histoire, de la géographie, de la vérité et la réalité.

Les descendants de l’Arabie sont les Arabes – et pour rester fidèle à l’Histoire – nous disons qu’il y a des tribus arabes qui sont devenues chrétiennes mais l’arabité de la minorité ne saurait se généraliser à la majorité Levantine qui n’a jamais été Arabe.

Même si nous sommes arabophones, cela ne veut pas dire pour autant que nous sommes des Arabes. l’Américain qui parle anglais n’est pas un anglais pour autant, le brésilien qui parle portugais n’est pas  portugais pour autant et l’Argentin qui parle espagnol n’est pas espagnol pour autant. Ce sont des langues coloniales héritées d’un passé colonial.

Même si nous parlons arabe, nous ne sommes pas des Arabes et  ne nous  ressemblons en rien aux Arabes,  ni dans la pensée, ni dans le goût ni non plus dans la civilisation. Eux,  leur  terre est le désert   alors que la nôtre elle est celle du lait, du miel, de la figue, de l’amande, de la pomme et  du raisin. Nos ancêtres avaient cultivé la terre et s’y ont enracinés et ils y sont devenus « des Authentiques » quant à vous, vous êtes des nomades, vous ne semez point et vous n’y êtes jamais enracinés.

Nos ancêtres avaient planté la vigne, fabriqué du vin et cultivé la musique, ils ont fait la fête, ils ont dansé, ils ont construit des civilisations et écrit des livres, vos grands-parents ont bu du sang et ils le  font toujours,  ils ont dansé sur des cadavres de certains d’entre eux et abattus certains d’entre eux pour faire la fête et ils le font toujours.  Ils ont  détruit les civilisations et brûlées des livres et et le font toujours. Que ce soit dans l’Histoire ancienne ou dans l’Histoire contemporaine, nous ne vous  ressemblons point.

Notre passé est fait d’épopées, de science, et de gloire, quant à vous, votre passé est une trahison, votre présent est une trahison et votre avenir est une trahison. Ne nous vous ressemblons en rien,  ni par notre passé  humain, ni  par notre passé chrétien, ni par notre passé musulman. Les musulmans de mon pays, sont des musulmans aimants de la science de la vie, alors que vous avez élevé des peuples emplis de haine, de complexes, de maladies, qui adorent la mort. Notre passé est une civilisation, une science, une littérature, une musique, une poésie, votre passé est fait de sang, d’invasions, de haine et de convoitises.

Celui qui est devenu musulman dans mon pays, après l’invasion arabe, a gardé sa noblesse sociale, ses traditions, et ses coutumes et même celui qui a vécu parmi nous est devenu l’un des nôtres du point de vue social, nous avons mangé ensemble, dansé ensemble, ri ensemble et pleuré ensemble mais vous, vous ne changez jamais. 1400 ans et vous ne changez jamais et quand vous vous êtes rendu compte que  vous n’arriverez pas à nous changer, vous avez détruit notre pays, notre patrimoine, notre coexistence  et vous nous avez détruit. Le musulman Levantin n’a plus foi en vous, vous le dégoûtez plus que vous l’êtes  pour un chrétien Levantin.

Nous vous avons enseigné, construit vos villes, vos hôpitaux et vos universités et préservé votre langue. Si seulement nous ne l’avons pas fait, si seulement nous vous avons laissé à la justice de Dieu et votre destin plus foncé que votre pétrole.

Nous étions un pont entre vous et l’Occident et vous êtes devenus un outil entre les mains de l’Occident pour détruire notre oritentalité. Nous vous avons connu à travers vos fruits, un passé barbare, fait d’humiliation et de fractures. Rappelez-nous une seule victoire à vous  ?  Ou une seule  gloire à vous  ? Vos victoires se réduisent à l’anéantissement de l’Autre, du frère à frère, du fils à son père pour le pouvoir ou pour une femme ou  pour un chameau ou encore pour un âne. L’Occident vous a écrasé , celui-là même que vous taxez d’infidèle et vous lui léchez quand même les pieds pour qu’il préserve vos trônes, et  voler ensuite les deniers des pauvres pour remplir ses ( l’Occident ) banques.

On en a assez et on ne couvrira plus jamais cette farce à partir d’aujourd’hui. Ô vous bergers et messieurs les arabisants et les passionnés de l’arabisme, si vous souhaitez  la parler et vous en targuez, parlez  plutôt de votre lâcheté et non des peuples massacrés, violés et enlevés et dont le passé et le présent ont été détruit et peut-être même l’avenir, tout au nom de l’arabisme.

Gloire au Levant et que Dieu bénisse Nizâr Qabbâni.

 Traduit par R.O

 Texte d’origine

C'EST L'HISTOIRE D'UN HOMME QUI A PLACE UN MIROIR DEVANT LES AFRICAINS QUI, EFFRAYES DE S'Y VOIR, L'ONT ACCUSE D'ETRE UN FABRICANT DE MIROIRS MENTEURS AU SERVICE DE L'OCCIDENT...!



Il s'appelle Lionel Zinzou, c'est un franco-béninois, un économiste qui a fait ses études et accompli l'essentiel de sa carrière en France. Introduit dans les hautes sphères parisiennes, il fut même un moment le conseiller d'un premier ministre français...

Aujourd'hui, il est premier ministre de la république du Bénin, et candidat à l'élection présidentielle qui doit avoir prochainement lieu dans ce pays...

Son tort...

Lors d'une réunion publique, il a fait état du classement des principaux pays investisseurs en Afrique, ceux qui possèdent les entreprises et par cela même, l'essentiel de la richesse africaine...

Ce classement situe sans aucune surprise en tête, la Grande Bretagne, suivie de la France et des Etats-Unis, puis, l'Espagne le Portugal et la Grèce, et viennent ensuite les pays du Brics avec bien sûr la Chine en tête...

Il constate que les nations africaines elles-mêmes se trouvent très lointaines dans ce classement et il s'en vient alors à conclure, selon une formule il est vrai un peu brutale mais qui traduit bel et bien une réalité :

" l'Afrique appartient aux Européens..."

Il parlait bien sûr d'un point de vue capitalistique, et ce faisant disait une vérité. Mais celle-ci est si douloureuse à l'oreille des Africains que, sortant cette phrase de son contexte, c'est un déluge de haine, d'insultes, et d'accusations de trahison et de contestation de son africanité, qui s'est abattu sur cet homme, qui possède pour certains d'avoir comme autre défaut rédhibitoire, d'être un métis et de posséder la double nationalité...

En Afrique comme ailleurs, il ne fait pas bon de dire aux gens les vérités qu'ils n'ont pas envie de s'entendre dire....

Richard Pulvar

vendredi 26 février 2016

Les étudiants appellent à manifester contre les réformes portant sur le Code du Travail


Les étudiants appellent à manifester contre les réformes portant sur le Code du Travail, mais vu les premiers réseaux à diffuser l'appel, cela pue le rattrapage à la sauce 68 d'inoculé.

Cependant, je voudrais croire que les étudiants en 2016 pourraient nous surprendre, car les "libéraux" n'ont plus rien à leur vendre pour s'émanciper du vilain Etat oppresseur.

Toutes les facultés ne sont pas complètement vérolées par des réseaux d'apatrides militants, et les 16 - 25 ans sont très connectés sur les réseaux sociaux. Nous sommes leurs grands frères, oncles, parfois parents, le plus souvent simple pote d'amphi ou de salle de cours. S'il n'est pas impossible que ce soudain réveil des syndicats étudiants ne soit pas exactement hasardeux, c'est aussi le meilleur moment pour communiquer vers la jeunesse.

Le 9 Mars, il faut qu'elle soit capable de revendiquer bien plus que la mise à l'arrêt des réformes sur le Code du Travail. Je sais que qu'il y a pas mal d'étudiants et lycéens dans mes contacts, et je serais curieux de connaître leur sentiment sur l'atmosphère politique dans les lycées et fac.

Sylvain B...

mercredi 24 février 2016

Présidentielles 2017 : le duel inédit ?


Au rythme où vont les choses en France, il y a peu de chance, sauf tripatouillage des chiffres, que la courbe du chômage s'inverse durablement. Du coup on voit mal, sauf reniement de sa parole, comment Francois Hollande pourrait être candidat à l'élection présidentielle de 2017... 

Au rythme également où vont les choses, on voit mal, sauf aveuglement ou retournement de situation, comment Nicolas Sarkozy pourrait être candidat, après sa mise en examen la semaine dernière pour "financement illégal" de sa campagne présidentielle de 2012, une mise en examen qui plombe, qu'on le veuille ou non, son retour aux affaires, d'autant que d'autres rendez-vous judiciaires l'attendent, notamment celui du 22 mars, quand la Cour de cassation dira si les écoutes téléphoniques, qui le visaient, sont légales: si oui, plus rien ne s'opposera alors à un procès pour "corruption"... Du coup, face à une telle situation, un tel chamboulement, on pourrait se retrouver en 2017 avec un duel inédit, un face à face par exemple entre Alain Juppé et Manuel Valls. On en parlait jusqu'ici à voix basse, comme ces deux-là sur la photo. On en parle de plus en plus à voix haute, car c'est de l'ordre du possible et du probable. Mais qui vivra verra: la politique et l'actualité n'ont jamais fini de nous réserver des surprises !!


S.B

lundi 22 février 2016

TRENTE SEPT ANS QU'ILS N'AVAIENT PAS VU UN PRESIDENT...!

Le chef de l'état s'est rendu aux îles Wallis et Futuna, avant de continuer sa visite en Polynésie française, puis en Amérique du sud...


Ceci doit être l'occasion de rappeler qu'à l'issue de la négociation en cours, portant sur 1,5 millions de km2 supplémentaires, la France qui est la seule nation au monde à être établie sur 5 continents, et qui possède déjà avec 11 millions de km2, le second domaine maritime au monde, juste derrière les Etats-Unis (11,3 millions de km2), deviendra bientôt avec 12,5 millions de km2, la toute première puissance maritime du monde, grâce à ses poussières d'empire, ses possessions d'outre mer réparties tout autour du globe...

Il s'agit là d'une position extrêmement favorable que l'ensemble des nations nous envie, car beaucoup de richesses terrestres tendant à être épuisées, c'est dans l'exploitation des ressources maritimes de toutes sortes, difficiles d'accès mais considérables, que se situe l'avenir...

Je vous renvoie à ce sujet à un  article que j'ai publié l'été dernier

Malheureusement, la mise en exploitation de ces énormes richesses, nécessite un engagement et des efforts qui vont bien au-delà de la durée d'un quinquennat, qui est la seule valeur de temps que considèrent les hommes politiques, qui ne veulent pas engager des programmes coûteux, au risque d'impopularité, qui ne bénéficieront qu'à leur successeur...

Rappelons également que cette visite à Wallis et Futuna, n'est pas sans symbolique car, aux élections législatives de 1967, à la surprise générale, les partis politiques qui soutenaient le général de Gaulle alors au fait de sa gloire, n'étaient pas parvenus au soir du dépouillement du second tour, à obtenir la majorité absolue à l'assemblée nationale...

Les résultats de l'Outre-mer étaient connus, sauf celui des îles Wallis et Futuna...

Ce n'est que le lendemain qu'alors plongée dans l'expectative, la France médusée apprit que le général de Gaulle avait finalement sauvée sa majorité, et pouvait donc poursuivre sa politique, grâce à l'élection du député des îles Wallis et Futuna qui lui était favorable, ce qui accordait aux formations qui le soutenaient, juste 244 sièges sur 487...!

dimanche 21 février 2016

IL Y A CENT ANS COMMENCAIT A VERDUN, LA "MERE DES BATAILLES"...



Elle durera dix mois et opposera sur un front de seulement une trentaine de kilomètres, 1 140 000 soldats français avec 1 700 pièces d'artillerie, et 1 250 000 soldats allemands avec 2200 pièces d'artillerie...

Elle causera la perte de 362 000 français et de 337 000 allemands, soit plus de 700 000 hommes...

Les Allemands déclenchent l'offensive avec une pluie de plus de deux millions d'obus en 2 jours, soit 6 obus au mètre carré, dans un vacarme qui se fit entendre jusqu'à 150 kilomètres...

Mais, à leur totale stupéfaction, il restera en face des survivants pour les ralentir, le temps que le commandement français fasse parvenir des renforts à l'aide d'une noria de 3000 camions roulant nuit et jour sans discontinuer sur la "voie sacrée", au rythme de de 1 toutes les 15 secondes...

A la fin de la bataille, suite à des séries d'attaques et de retraites successives, la ligne de front n'avait quasiment pas bougé...

Dès la fin de cette bataille, le haut commandement Allemand a su à cet instant que s'il n'avait pas encore perdu la guerre, il ne pouvait plus la gagner. Des négociations secrètes sont alors engagées afin de trouver par une paix des braves qui n'humilie personne, un issue au conflit.

Elles vont échouer à cause de la ferme volonté de Clémenceau d'obtenir la rétrocession de l'Alsace et la Lorraine, ce dont à cette époque les Allemands ne voulaient pas entendre parler...

La guerre qui aurait pu s'arrêter là avec ce résultat qui sera finalement le sien, durera donc inutilement deux longues années de plus, avec une bataille encore plus désastreuse, dans la Somme...

Richard Pulvar

samedi 20 février 2016

SOYONS SERIEUX UN MOMENT...!



Qui peut avoir la faiblesse de croire que lorsque la première préoccupation d'un entrepreneur, c'est de savoir comment il pourra virer celui qu'il désire embaucher, c'est dans le but de créer un emploi stable...?

Il est possible que la précarité qui sera créée par la nouvelle loi, aille dans le sens de l'efficacité économique des entreprises, en leur permettant de créer des emplois au coup par coup, afin de s'adapter ainsi à leur nécessité au jour le jour...

Mais c'est un mensonge que de prétendre que cela réduira le chômage, dans la mesure où cela ne créera pas davantage d'activité, cela ne servira qu'à multiplier les emplois à temps partiel et de masquer ainsi la réalité du chômage, comme cela se fait avec les statistiques américaines, et il semble bien que tel soit l'unique but recherché en vue des élections...

Cependant, qui ne comprend que la précarisation de toute la population d'un pays, ne peut manquer d'avoir in fine, un effet dévastateur, dès lors qu'il ne sera plus possible à aucun moment pour quiconque, "d'avoir pied"...

D'autre part, comment prétendre qu'autoriser les employeurs à "exploiter" leurs employés 12 heures par jour et 60 heures par semaine peut être de nature à les inciter à embaucher...

On marche sur la tête...!

En réalité, ce dispositif ne servira qu'à confirmer le principe de Pareto dit du 20/80, où il s'avère que 20% seulement des actifs suffiront à produire 80% des biens, et se partageront 80% des richesses, et que les 80% d'actifs restants n'auront que 20% des activités à se partager, et 20% des richesses...

Des hordes de travailleurs précaires et pauvres, condamnés à un temps partiel qui ne servira qu'à les faire échapper au statu de chômeur, face à des milliardaires repus, voici à quoi ce dispositif aboutira...

Mais il est clair que pour la présentation des choses afin des élections, le "chiffre" du chômage diminuera, et que le revenu "moyen" par habitant, sera préservé, et peut-être même augmenté, permettant aux dirigeants de proclamer que grâce à leur action, il s'est produit une augmentation du niveau de vie des citoyens...

Mais c'est vraiment nous prendre pour des billes que de croire que nous allons à ce point nous laisser mystifier, et que nous allons nous sentir rassasiés en mangeant des biftecks photographiés...

Richard Pulvar

mercredi 17 février 2016

QUARANTE ANNEES D’UN MEME MENSONGE… QUARANTE ANNEES DE DECLIN…



Le mensonge consiste à prétendre qu’il existerait “dans l’absolu”, comme si cela pouvait avoir un sens, un système économique qui serait “le” système optimal, c’est-à-dire celui qui en toutes circonstances, et quelques pourraient en être nos attentes, se montrerait par nature le plus efficace pour nous permettre d’atteindre à la satisfaction de nos besoins…

Partant de cet axiome mensonger, ceux qui nous dirigent depuis quarante ans, n’ont de cesse de vouloir adapter à tout prix notre société et dans tous ses aspects, afin qu’elle puisse favoriser la bonne marche de ce système, même si ce qui nous est alors demandé pour cela, s’inscrit en contradiction totale de nos aspirations de bien être, d’équité, et de participation de tous à un projet social commun.

Selon ces gens, ce n’est donc pas le système économique qui doit servir les aspirations des citoyens selon le type de société qui serait majoritairement celui de leur choix, mais au contraire, à ces citoyens de se plier quoi qu’il leur en coûte, aux exigences permettant alors de prétendre la positivité “économétrique” de ce système. Ceci, par des chiffres ronflants de croissance ou de production, en se moquant éperdument de savoir ce qu’ils traduisent comme réalité de la vie des gens, qui ne seraient donc pas fondés à espérer quoi que ce soit d’autre.

Or, la réalité de ce système se trouve traduite par le principe vérifié de “Pareto”, celui dit du 20/80, et selon lequel 20% des citoyens se partagent 80% des richesses, et 20% des actifs suffisent à assurer 80% des besoins essentiels de la société, en abandonnant aux 80% d’actifs restants, la charge de productions accessoires et par le fait, d’emplois précaires…

La finalité de ce système est donc certes, de produire beaucoup, et il y parvient, mais avec un minimum d’actifs, et au bénéfice d’un minimum de profiteurs. Les chiffres montrent alors que le système permet effectivement de produire beaucoup, sans que soit tout d’abord établi le fait que tout ce qui se trouve produit participe réellement d’un mieux être. Mais ils prétendent d’une façon totalement fallacieuse ses bienfaits, par le fait que le revenu “moyen” des citoyens, le fameux pib/habitant, se trouve très élevé, alors que cette moyenne traduit en fait une grande inégalité des revenus, qui suffit à disqualifier moralement ce système…

Tout se passe donc comme si, se faisant l’instrument de notre pénitence sur cette Terre afin d’expier le péché originel, ce système n’était fait que pour produire un maximum de tout, sauf du bien-être, auquel la majorité d’entre nous devraient raisonnablement renoncer…

Or, nous tomberons tous d’accord quant au fait qu’un bon système est celui qui permet à l’individu par sa propre action, de pourvoir en toutes circonstances à ses besoins essentiels et à ceux des siens, et de s’établir afin de son bien-être, en bonne entente au milieu de ses semblables…

Ceci signifie que l’individu doit avoir en toutes circonstances la possibilité d’exercer, qu’il doit toujours tirer profit de son effort sans se faire déposséder du produit de celui-ci, et sans se trouver en permanence dans un conflit concurrentiel avec ses semblables, afin de leur meilleure entente…

Or, il se trouve que le système vanté comme étant le meilleur, avec les hordes de chômeurs et de laissés pour compte qui constituent son lot, ne permet justement pas de garantir l’emploi, ni une juste rétribution du travail, et qu’il est fondamentalement basé sur une féroce rivalité entre les individus…

Ce dont il nous faut alors bien prendre conscience, c’est que toutes les calamités d’aujourd’hui, chômage, précarité, pauvreté, et fracture sociale, ne constituent en rien le résultat d’un quelconque dysfonctionnement du système, contrairement à ce que ne cessent de claironner les responsables politiques qui demandent alors à chacun de produire des efforts, en espérant que de la sorte, ce sacré système parviendrait à produire ce qu’il n’est justement pas fait pour produire, c’est-à-dire l’égalité, la satiété, et la fraternité…

Bien au contraire, toutes ces calamités sont le résultat du bon et plein fonctionnement de ce système, dont le problème qu’il nous pose découle du fait qu’il s’est trouvé maintenu, au-delà de ce qu’il avait logiquement, c’est-à-dire “historiquement”, vocation à produire…

Soyons clairs…

Le “système libéral”, puisque c’est bien de lui dont il s’agit, n’est ni bon ni mauvais tel qu’en lui-même, et pas davantage que quoi que ce soit d’autre sur notre Terre, il ne possède de valeur absolue hors de toute circonstance…

Ceci signifie que ce système peut être excellent, dans une phase “historique” et par le fait, “déterminée” dans le temps, du développement économique d’une nation, mais qu’il ne vaut rien avant cette période qui constitue sa faveur, et ne vaut plus rien après…

Or, c’est justement dans cet “après” que nous nous trouvons. Car, ce système qui a fait tout le brio des fameuses “trente glorieuses”, et qui fait actuellement le bonheur de la Chine qui n’était pas encore parvenu à la même phase historique de son développement économique, et qui cependant, montre déjà son essoufflement même dans ce pays, aurait du être relayé depuis longtemps déjà par un autre. Ceci, lorsqu’il était devenu évident que selon la logique mécanique même de ce système, le maintien des objectifs productivistes n’allait plus s’opérer en faveur des citoyens, mais allait conduire tout au contraire à leur asservissement…

Malheureusement, il ne s’est trouvé depuis quarante ans dans ce pays, aucun “chef” véritablement digne de ce nom, pour avoir à la fois la saine inspiration et le courage politique nécessaires, afin de conduire la nation tout au long du parcours forcément difficile qui devait lui permettre d’accéder à un nouveau mode d’organisation de sa société, dans le sens de la plus grande satisfaction des citoyens qui désiraient le confort, mais pas le consumérisme, puisque la contestation de la société de consommation fut posée s’en souvient-on, dès 1968...!

Une tentative fut pourtant faite en ce sens en 1981 où fut créé un improbable mais éphémère “ministère du temps libre”, sous les huées de la droite réactionnaire dont bien sûr, un des instruments favoris de la domination consiste en la culpabilisation systématique du travailleur, accusé ne pas produire suffisamment d’effort et d’être par le fait responsable de ses difficultés…

Malheureusement, cette tentative allait être totalement ruinée par les nombreuses erreurs techniques de sa mise en œuvre, ce à quoi il fallait bien s’attendre concernant un “prototype”, puisque le monde ne s’est pas fait en un jour, et ceci allait conduire le gouvernement de l’époque à opérer un virage à 180°, pour s’en retourner vers le plus pur système libéral, jugé depuis cette mésaventure comme étant un système incontournable, et faisant que plus personne n’a rien tenté d’autre depuis…

Or, le déclin constant qui frappe ce pays depuis quarante ans, avec son cortège de problèmes sans solution, ne résulte bel et bien que de l’inadéquation totale du système économique qui demeure le nôtre, avec les nécessités de notre époque…

Ainsi en est-il de cette plaie sociale que constitue le chômage, dont les gouvernements ont encore l’aplomb de prétendre qu’il y mettront fin, comme s’il s’agissait en ce chômage d’une incohérence économique. Ceci, alors qu’il résulte précisément des gains de productivité qui sont exigés pour la poursuite de l’exploitation économique selon ce système, et qui nécessitent de diminuer au maximum la main d’œuvre, et des progrès considérables accomplis dans le domaine des sciences et des techniques, permettant aux machines et aux robots de se substituer à l’exercice des hommes…

Les problèmes qui frappent notre société sont précisément des problèmes “sociaux”, qui nécessitent que celle-ci soit totalement repensée dans ses structures, ses règles, et ses projets, et pour cela il nous faut nous libérer de ce mensonge qui consisté à prétendre que le système libéral serait indépassable, et aurait vocation à se maintenir pour l’éternité…

Non, l’ère du libéralisme triomphant est derrière nous, ce système doit être dépassé…

Paris, le 17 février 2016
Richard Pulvar

mardi 16 février 2016

Il S’EST PASSE LA, QUELQUE CHOSE…




Quand un événement exceptionnel passe carrément inaperçu, c’est alors qu’il apparaît que la manipulation médiatique consiste en plus de la désinformation, à engager le peuple à n’attacher d’intérêt que pour l’insignifiance, ainsi que la question faisant actuellement débat quant au maintien ou non de l’accent circonflexe…

La rencontre historique et le mot n’est pas trop fort, entre le chef de l’église orthodoxe russe, le patriarche Cyrille 1er, et le pape François, possède il est vrai toute une complexe série d’implications, à la fois géopolitiques, religieuses, et métaphysiques, qui ne sont pas d’une analyse facile, et nécessitent d’embrasser un grand nombre de questions pour pouvoir en percevoir la portée exacte…

Il est clair cependant en toute première approche, que cette rencontre ayant de plus eu lieu à Cuba, est le signe que quelque chose contre un ordre établi mais totalement néfaste et conduisant notre humanité à sa perte, se met en place, et c’est probablement une des raisons pour lesquelles les trompettes médiatiques qui ne sonnent qu’aux ordres des puissants, se gardent d’en alarmer les peuples…

Nous ne manquerons pas d’occasions d’en reparler…


Richard Pulvar

C'est un curieux anniversaire qui risque sans doute de passer inaperçu aujourd'hui en France.



Le 16 février 1899, le président Félix Faure meurt brutalement à l'Élysée. Il a succombé à une... fellation, que vient de lui prodiguer sa maîtresse, Marguerite Steinheil.

La liaison entre Félix Faure, élu 4 ans plus tôt, et Marguerite Steinheil, 26 ans, était connue du mari de la jeune femme, un peintre, qui y trouvait son compte, car ça lui valait plusieurs commandes officielles.

Le président fait venir sa maîtresse au palais à chaque fois qu'il a besoin d'une séance de relaxation. C'est ce qui se passe le 16 février 1899. Il fait porter un mot à Marguerite pour lui dire qu'il la recevra à 17 heures.

La journée passe vite. Le président, 58 ans, s'apprête à accueillir sa visiteuse dans le salon bleu. Mais avant de la faire introduire, il avale un excitant pour ne pas avoir de panne, au moment fatal.

L'huissier fait ensuite entrer la jeune femme. Il n'y a pas de temps à perdre. Elle ouvre son corsage pour lui offrir sa poitrine, puis se saisit du sexe présidentiel à pleine bouche.

Mais voilà, alors que Marguerite est à l'ouvrage, Felix Faure se met à crier : "J'étouffe ! J'étouffe ! Je n'y vois plus !"

Elle le libère, se relève, le voit s'effondrer, s'affole, sonne les domestiques, et s'enfuit par un escalier dérobé, sans même prendre le temps de se rhabiller entièrement.

Pendant ce temps, les employés de l'Élysée découvrent le président allongé, en pleine crise, sur le divan. Le médecin, vite accouru, ne réussit pas à le sauver.

Lorsque le prêtre arrive à son tour pour lui administrer les derniers sacrements, il demande : "Le président a-t-il encore sa connaissance ?" Un garde du palais lui fait cette réponse, restée dans les annales : "Non, elle vient de s'enfuir par l'escalier de service".

La nouvelle de la mort de Félix Faure se répand rapidement. Le "Journal du peuple" écrit qu'il est mort d'avoir trop "sacrifié à Vénus". Tout Paris comprend l'allusion.

Les journalistes, apprenant que le président a succombé à une fellation de sa maîtresse, surnomment Marguerite "la Pompe funèbre".

Le sobriquet fait fureur en France. Cette réputation attire même à la belle jeune femme de nouveaux amants, parmi lesquels Aristide Briand et le roi du Cambodge. 

Michel Collon accuse : L'Arabie Saoudite, le Qatar, Fabius, Hollande, d'alimenter le terrorisme international

Une analyse de #Michel Collon qui explique les raisons de la guerre dans l'ensemble du Moyen-Orient  et dénonce les responsables de cette situation chaotique, qui génère du #terrorisme, l'#islamophobie.


video


 

lundi 15 février 2016

ENDORMIS DERRIERE LEUR FLAMBY, LES FRANÇAIS QUI NE VOIENT RIEN DU MONDE QUI CHANGE, SONT DESCENDUS DU TRAIN DE L’HISTOIRE…


Il vaut mieux pour eux du fond de leur actuel désenchantement, que les Français devenus aujourd’hui ignorants de leur propre histoire, ne se souviennent pas que durant deux longs siècles, les 17ème et 18ème, la France fut la première puissance mondiale. Et si elle fut dépassée au 19ème siècle par la Grande Bretagne, pour autant et même si ce ne fut bien sûr pas pour la bonne cause, par ses canonnières remontant le fleuve jaune, et par l’escadre d’extrême orient qui sous le commandement de l’amiral Courbet, a totalement anéanti la flotte chinoise à la bataille de Fuzhou, elle était parvenue à s’imposer brutalement à l’immense Chine, et à lui arracher des concessions territoriales.

La plus célèbre de celles-ci, celle de Shanghai, sera maintenue jusqu’en 1943, et c’est d’ailleurs à l’abri de cette concession par rapport aux autorités chinoises, qu’un admirateur de la révolution française, celui qui deviendra plus tard le “grand timonier”, Mao Tsé Toung, fondera son parti.

Car si les choses ont logiquement considérablement changé depuis, avec la fin des empires coloniaux, l’émergence des jeunes nations, et le réveil d’anciens empires, la France était malgré tout parvenue jusqu’à l’aube du vingt et unième siècle, à se maintenir au rang de 4ème puissance économique, 3ème puissance militaire, grâce à sa force nucléaire, et 2ème puissance technologique…

Mais, seulement moins d’une vingtaine d’années plus tard, ce qui donne toute la mesure de son actuelle dégringolade, il n’en est plus rien, et ce qui semblait jusqu’alors n’être qu’un rééquilibrage logique des puissances, compte tenu du poids démographique des différentes nations, prend aujourd’hui l’aspect d’une véritable débâcle face aux puissantes nations asiatiques qui sont en train de marginaliser cette France sur la scène mondiale. Cependant, l’effroyable médiocrité du débat public français, ne permet pas aux citoyens de ce pays d’en prendre véritablement conscience…

C’est le milliardaire américain Bill Gates qui a repris en cri d’alarme cette annonce d’un statisticien canadien, afin que tout le monde puisse bien prendre conscience de la mesure des choses et de la façon dont notre monde d’aujourd’hui évolue…

“…La Chine a coulé plus de béton (6,6 gigatonnes) en 3 ans seulement,
que les Etats-Unis durant tout le vingtième siècle (4,5 gigatonnes)… ! ”

Nous avons du mal à nous représenter comment une telle chose peut être possible, et nous aimerions être certains des travaux de ce statisticien, mais nous pouvons faire confiance à Bill Gates de ne pas avoir engagé sa réputation en en faisant état, sans vérifier le sérieux de ce spécialiste et de cette annonce…

Il est facile de comprendre à partir de cela que ceux qui ne trouvent rien de plus important à faire dans ce monde extrêmement concurrentiel, que de débattre sur la déchéance de la nationalité, de déclarer la patrie en danger face à quelques migrants paumés de Calais, et d’engager des controverses pour la suppression de l’accent circonflexe, ne sont par le fait, déjà même plus dans la compétition…

Quelques autres statistiques permettent de prévoir à quel point les nations telles que la France, qui ne se sont décidément pas correctement inscrites dans ce vingt et unième siècle, en manquant de comprendre que le monde est désormais ouvert, ce qu’après la Chine, même les Iraniens semblent avoir compris, vont fatalement déchoir…

Il est facile de comprendre que le volume des échanges commerciaux traduit le dynamisme d’une nation. Or, en tonnage, 6 des 7 plus grands ports du monde sont chinois…!

Le plus grand est celui de Ningbo-Zhoushan, avec 873 milliards de tonnes annuelles. Vient en second Shanghai, avec 755 milliards de tonnes, et Singapour à la troisième place avec 580 milliards de tonnes. Les quatre suivants sont également chinois…
Quant au premier européen, Rotterdam, qui fut très longtemps le premier mondial, il ne se trouve plus qu’à la 8ème place, avec 444 millions de tonnes, soit à peine un peu plus de la moitié du n° 1 chinois…
Curieusement le premier port américain n’est pas celui de New York, mais celui de Louisiane sud et ne se situe qu’à la 16ème place avec 264,7 milliards de tonnes…
Le port de New York quant à lui ne se situe qu’à la 34ème place, avec 123 milliards de tonnes, soit 1/7ème seulement du n° 1 chinois…
Et quant à Marseille le n°1 français, il ne se situe qu’à la 47ème place, avec 98 milliards de tonnes, soit 1/9ème seulement du n° 1 chinois…!

Plus terrifiant encore concernant l’actuelle écrasante suprématie de l’Asie et de ses races d’hommes qui, il n’y pas encore si longtemps, étaient jugées comme inférieures par les Européens, ce qui se passe dans le domaine de la construction navale…

En tonnage ( le classement en prix est sensiblement différent), là encore c’est la Chine qui en dépassant récemment la Corée du sud, est devenue le n° 1 mondial avec 38,7 millions de tonnes, ce qui représente rien de moins que 40% du total mondial…!
En numéro 2, vient la Corée du sud avec 32,03 millions de tonnes…
En numéro 3, vient le Japon avec 17, 4 millions de tonnes…

Mais ce qu’il y a de plus effrayant dans tout cela, c’est que ces trois nations asiatiques à elles seules, représentent tenez-vous bien, 92% de la production mondiale, en ne laissant généreusement à tout le reste du monde, que 8% à se partager…!

Ceci, au point que nous pouvons nous demander si nous en France, nous faisons encore bien partie de ce monde…

Autant dire dans ces conditions, que la construction navale française, qui est passée en 40 ans de 32 500 personnes à 5800 aujourd’hui, est devenue totalement anecdotique. Et, avec ceci d’aggravant que le fleuron de la construction française, les Chantiers de l’Atlantique, furent rachetés par le constructeur finlandais Akers Yards, lui-même dépossédé de ce joyau par une opération en bourse du coréen STX…

Celui-ci a ainsi accédé à un savoir faire extrêmement précieux qu’il ne possédait pas jusqu’alors, celui de la construction des grands paquebots de luxe, et c’est in extremis que via le “fond stratégique d’investissement”, l’état français a pu racheter les 33% du capital qui étaient détenus jusqu’alors par Alstom, quant cette société fut rachetée sans que cet état français ne puisse trouver les moyens de la conserver, par l’américain General Electric.

Or, c’était déjà à l’occasion du déménagement vers la Chine, d’une autre activité des Chantiers de l’Atlantique, celle de la construction de méthaniers, et dans le cadre d’un accord de transfert de technologie, que cette activité avait pu débuter en Chine, à partir de 2001.

C’est donc en partie un savoir faire français, qui va participer au développement de la toute puissance d’une industrie navale asiatique qui va ruiner la construction navale française, et nous aurions pu espérer avoir des dirigeants politiques plus prévoyants. Car hélas, il n’y a pas que dans le domaine de la construction navale que les Français mal dirigés auront tendu le bâton pour se faire battre…

En effet, durant des décennies, la France est demeurée le 4ème pays constructeur d’automobiles, derrière les Etats-Unis, le Japon, et l’Allemagne, selon un classement que rien ne semblait pouvoir bousculer…

Cependant, suite à la fermeture des frontières et le refus obstiné d’accueillir davantage en France, les immigrés qui traditionnellement, constituaient les gros bataillons de la main d’œuvre de cette industrie, les industriels français du secteur devant faire face d’une part, à la concurrence, et d’autre part aux exigences de rentabilité financière de leurs actionnaires, ont logiquement, tout simplement délocalisé leur production, pour s’en aller au devant d’une main d’œuvre qui ne venait plus à eux.

Ainsi, les deux grands constructeurs français, Renault et Peugeot, qui ne réalisent plus respectivement que 22% et 25% de leurs fabrications en France, le second ayant finalement été racheté par le chinois Dougfeng qui bénéficiera ainsi là encore, d’un précieux savoir faire, par leur usines délocalisées en ces pays, particulièrement l’Espagne, le Brésil, et la Russie, vont permettre à ces nations de finalement dépasser la France dans le domaine de la construction automobile, au point de la marginaliser dans ce secteur…

La nouvelle hiérarchie s’établit ainsi en millions d’automobiles:

Chine, 22, 116
Etats-Unis, 11,045 (déjà moitié moins que la Chine)
Japon, 9,63
Allemagne, 5,718 (il fut un temps où France et Allemagne se trouvaient à parité)
Corée du sud, 4,521
Inde, 3,880
Brésil, 3,740 (plus de deux fois la France en grande partie grâce à Renault)
Russie, 2,175 (en grande partie grâce à Renault qui en plus de ses propres usines, a racheté et modernisé Lada)
Espagne, 2,163 (en grande partie grâce à Renault et Peugeot)
France, 1, 740

La France ne se situe plus qu’en dixième position seulement, en ne produisant plus que 1/14ème de la production chinoise, alors qu’elle a produit dans un passé pas si lointain, plus de 4 millions de voitures par ans…

Il est remarquable à ce sujet que l’Allemagne qui au contraire de la France, vient de s’armer à la plus grande satisfaction de ses industriels, d’un million de nouveaux migrants, s’est maintenue dans le peloton de tête, et demeurera contrairement aux prévisions qui avaient cours jusqu’alors, la nation la plus peuplée et donc la plus puissante, d’Europe…

Le classement des nations productrices d’acier est encore plus accablant pour la France, et plus éloquent quant à la suprématie asiatique parce là encore, il n’y a pas photo…!

En millions de tonnes :

Chine, 716, 5
Japon, 107,2
Etats-Unis, 88,7
Inde, 77,6 (tout près des Etats-Unis, Mittal que certains on voulu chasser de France, étant le n° 1 mondial)
Russie, 70,4
Corée du sud, 69,1
Allemagne, 42,7
Turquie, 35,9
Brésil, 34,5
Ukraine, 33

La France qui n’est même plus dans les dix premiers, alors qu’elle rivalisait autrefois avec l’Allemagne, ne pointe qu’à la 14ème place avec une production de seulement 15,6 millions de tonnes, près de cinquante fois moins que la Chine...!

Dans les autres secteurs, de la même façon que les transferts de technologie opérés par Alstom et Siemens ont permis à la Chine de devenir le principal pays constructeur de trains à grande vitesse, et d’exploiter un réseau de 13 000 km de lignes à grande vitesse, contre seulement 2030 km en France, c’est maintenant le constructeur d’avion Airbus, le n° 1 mondial qui, pour s’assurer de vendre des avions à la Chine qui représente désormais le plus grand marché d’avions, à accepté de transférer une partie de leur fabrication en Chine même. Il n’y a donc aucune illusion à se faire quant au fait que les Chinois deviendront avant peu d’années, les meilleurs même dans ce domaine…

Tout ceci signifie que pour que ce pays ne se retrouve par définitivement rétrogradé, il est temps d’en finir avec la médiocrité du débat public français, toujours centré autour des mêmes obsessions stupides, pour envisager les changement profonds qui se produisent dans ce monde désormais ouvert et qui impose bien sûr, la libre circulation des biens et des idées, mais également celle des hommes, et tenter de tirer profit des occasions que cette ouverture ne peut manquer de présenter…

Car, tant que dans ce pays, la seule façon de se faire élire sera d’entamer à l’occasion de chaque campagne électorale, la sempiternelle ritournelle contre les immigrés, laquelle permet de ne surtout parler de rien d’autre, et tant que le “vécu” de ses citoyens totalement obsédés par la question de la race, sera que le pire des dangers menaçant leur nation et nécessitant la mobilisation de tous avec un général à leur tête, est la prétendue invasion de celui-ci par des réfugiés, il continuera d’être totalement en dehors des réalités de notre époque et de ses défis, et n’aura à sa tête que les polichinelles qui dès lors, suffisent pour cela…

Paris, le 15 février 2016
Richard Pulvar

Le Voile: Parlons-en !


«Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux autres ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre!», George Orwell.

Plus je pense à mes filles et à l’environnement que je vais leur laisser après mon départ vers l’inconnu, plus j’ai honte! En effet, l’environnement que m’ont laissé mes parents était bien meilleur que celui dans lequel elles vivent actuellement. Je l’avoue très humblement: j’ai échoué, nous avons tous échoué! Ce n’est pas possible qu’après 60 ans de lutte acharnée pour garantir les droits des femmes, nous en soyons encore là! Qu’aurait-il fallu faire de plus ou différemment que nous n’ayons pas fait? Est-il imaginable que nous ayons encore besoin d’expliquer que les femmes constituent 50% de toutes les sociétés et qu’il n’y a absolument pas de différence qu’on soit né(e) de sexe féminin ou masculin!

Mais encore, est-il possible, durant les 5 ou 10 prochaines années, de redresser la barre et d’arriver enfin à faire comprendre aux Tunisien(es), qu’il est de l’intérêt des hommes, des enfants, des familles et de toute la société de garantir que les femmes soient des citoyennes à part entière, heureuses, épanouies et bénéficiant des mêmes choix et opportunités que les hommes?

Ces cinq dernières années, la Tunisie, où auparavant, la majorité des femmes n’éprouvait ni l’envie ni le besoin de couvrir leur tête, a insidieusement basculé vers une majorité inverse. Cette majorité peut atteindre 85% dans les petites villes et villages où des petites filles commencent aussi à se voiler la tête.

Ce qui me rend perplexe, c’est cette hypocrisie ambiante où les uns et les autres font semblant de ne pas remarquer ce changement sociétal. La majorité parait ne pas être intéressée ni vouloir chercher à comprendre ce changement radical. Les citoyens ont-ils perdu le courage même de poser les vraies questions ou sont-ils passés maîtres dans la censure ou plutôt l’autocensure?

J’appartiens à cette génération qui est née avec une grand-mère, mère, tantes et cousines etc, sans voile. Mes souvenirs d’enfance sont remplis d’images de jolis «Séfsaris» blancs ordinaires ou en soie, en fonction des événements. Durant mon adolescence, ce séfsari a disparu et ma mère l’a troqué contre des robes, des tailleurs et des foulards de toutes les couleurs, choisis avec une grande attention et goût.

J’appartiens aussi à cette génération qui, à l’exception de la Tunisie, a vu, en l’espace de 30 ans, plus de 150 millions de femmes de la région Arabe se couvrir la tête au début, puis s’habiller de noir de la tête aux pieds et certaines d’entre elles, ne garder de visible qu’une paire de yeux, qu’elles couvrent parfois, de fausses lunettes de vue. Ces femmes, qui auparavant avaient des tenues appartenant à leur culture ancestrale, permettant de différencier la Mauritanienne de la Soudanaise, ou de la Yéménite….ont contribué à l’uniformisation des tenues vestimentaires. Les femmes, dont les maris travaillaient dans les pays du Golfe, et voulant ressembler aux femmes riches du Golfe, ont remplacé leur habits culturels par ces longues Abeyyas noires. Certaines Jordaniennes, Palestiniennes, Syriennes et Yéménites ont adopté un long imperméable bleu marine ou kaki qui m’a toujours interpellée car ressemblant à un certain uniforme imposé par un quelconque mot d’ordre dont je n’arrive toujours pas à déchiffrer le code.

Si certains prétendent que l’origine du voile est un précepte religieux, cela voudra dire que la génération de ma grand-mère et de ma mère (ainsi que tous nos exégètes) n’avait pas compris les textes religieux! Quelle offense à la mémoire de ces femmes profondément pieuses qui priaient, jeûnaient et étaient même allées à la Mecque. Que s’est-il passé depuis cette fameuse journée où Bourguiba, devant les médias, a ôté le séfsari de cette militante, qui la caché quand il fuyait le colon français et qui se trouve être aussi l’arrière-grand-mère paternelle de mes propres filles?

Je ne suis ni anthropologue, sociologue, ou psychologue et pourtant, j’ai le droit, en tant que citoyenne tunisienne, de poser au moins la question: Pourquoi la Tunisie, après avoir résisté plus de 60 ans, a-t-elle fini par basculer et se laisser envahir par cette marée noire, ce deuil collectif sans fin?

Le voile doit se remettre sous le feu des projecteurs afin de sortir de la «normalité» dans laquelle il semble s’être sournoisement glissé. Pour cela, je me propose d’esquisser 7 pistes de réflexion dans l’espoir que cela incitera toutes les expertises à apporter leur pierre à cet édifice qui nous aidera à mieux nous comprendre les uns les autres afin de nous opposer à la division de la nation Tunisienne en deux groupes antagonistes, qui font semblant de s’ignorer tout en dissimulant mal leur hostilité, animosité et aversion réciproques!

La piste religieuse: Beaucoup d’experts des religions, de toutes nationalités, se sont évertué à expliquer que le Coran n’a jamais exigé le port du voile pour la femme. Ils argumentent d’ailleurs leur thèse, analysant le contexte de certains versets et hadiths que je n’ai nul besoin de rappeler ici. Leurs arguments sont très convaincants sauf pour celles et ceux qui s’évertuent à ne pas vouloir les admettre, affichant un entêtement suspect. Donc si le voile n’est pas un précepte religieux, qu’est ce qui explique son port quasi-généralisé?

La piste historique: Au-delà de la génération de ma mère, j’aurai pu parler aussi du public féminin de la grande diva Om Kalthoum qui à 99% n’était pas voilé. Plusieurs photos ont aussi circulé sur le net d’étudiantes, au Caire, des années 50 à 80 démontrant qu’au début, aucune d’entre elles n’était voilée et puis chaque année, certaines ont commencé à le faire pour arriver à aujourd’hui, où, à part les Égyptiennes chrétiennes et quelques irréductibles, 95% des femmes le sont. Peut-on croire que ces générations de femmes auraient pu enfreindre un précepte sacré ou que le Sheikh Al-Azhar de l’époque aurait pu oublier de parler d’une prescription aussi sérieuse?

La piste Wahhabite: Qu’un idéologue propose une nouvelle lecture des textes religieux et invente de nouveaux préceptes, je peux le comprendre, mais ce que je n’arrive pas à saisir, c’est la facilité avec laquelle, lui et ses adeptes ont pu convaincre ces 150 millions de femmes Arabes, (je ne parle même pas des Indonésiennes, Malaisiennes, Africaines et autres musulmanes), d’abandonner leur propre lecture et celle de leurs ancêtres des textes sacrés, pour la remplacer par la thèse wahhabite. D’autres personnages ont aussi joué un rôle majeur dans cette généralisation du port du voile. J’ai moi-même eu une réunion de plus de deux heures avec l’Egyptien Amr Khaled, pour essayer de comprendre, pourquoi et comment a-t-il pu séduire tellement de jeunes filles, de par le monde Arabe, pour les convaincre de couvrir leur tête. Je suis même allée plusieurs fois dans l’église où Amr Khaled a appris la manière dont ils faisaient leur prêche. Rien de tout ce que j’ai découvert n’a pu me convaincre de cette fascination, au contraire, j’avoue que son sourire artificiel et son manque d’authenticité m’ont assez déplus et ont représenté, pour moi, une insulte à l’intelligence de toutes les femmes.

La piste psychologique: Il est impératif que les psychologues nous expliquent le comportement de certains hommes qui exigent que leur femme se voile par peur du regard des autres hommes. Ou encore qu’ils expliquent le comportement de ces femmes, qui, sans y être obligées, décident elles-mêmes de se couvrir la tête. En faisant cela, quel message veulent-elles faire passer à la société? Ont-elles réellement cru le mensonge que leurs cheveux sont d’une telle beauté que tous les hommes vont y succomber? Pour ma part, chaque fois que j’en ai eu l’opportunité, j’ai toujours demandé aux hommes si réellement les cheveux de la femme avaient un quelconque effet sur eux ? Sans exception, ils m’ont répondu que non. Les psychologues devront aussi analyser l’impact sur les enfants de ce changement sociétal. Par ailleurs, l’hypocrisie qui me gêne c’est que, d’une part, ces femmes prétendent cacher leurs cheveux mais s’évertuent à décorer leurs longues robes et voiles de strasses qui vont à l’encontre de ce besoin de se cacher du regard des hommes. Je ne trouve aucune explication à cette contradiction doublée d’une injure à la beauté et à l’esthétique.

La piste de soumission de la femme: En quoi convaincre ou obliger les femmes à se voiler serait un signe de leur soumission? Que gagnent les hommes qui l’exigent? Que gagnent les femmes qui le font délibérément et qui poussent d’autres femmes à le faire? Que gagne la société? La Tunisie a-t-elle réussi à devenir plus développée grâce à la propagation du voile? Couvrir de noir la région Arabe a-t-il rendu ses citoyens plus heureux, plus productifs, plus démocrates? Ce choix a-t-il ramené la paix et la sécurité dans la région? La piste de l’esclavage mental: Les relations hommes-femmes sont les mêmes partout. Voilées ou pas voilées, les sociétés ont les mêmes comportements qu’elles veuillent le reconnaître ou pas. La seule différence c’est qu’il existe des sociétés plus hypocrites que d’autres. Elles se livrent d’ailleurs à la même fausse compétition de vouloir faire croire aux autres qu’ils sont les plus pieux. L’Orient a toujours vécu dans le mensonge et l’illusion de vouloir faire croire qu’il est plus conservateur que l’Occident. Même les femmes qui prétendent être modernes, en acceptant le voile, ne voient en la femme qu’un corps dénudé de tout esprit et de toute intelligence qu’il faut camoufler à tout prix. Les hommes qui se prétendent progressistes, par leur silence complice, ont l’air d’avoir complètement démissionné, donnant l’impression que c’est un problème de femmes et non pas de société. Les gouvernants, confus et sans projet, ne savent plus s’il faut autoriser ou condamner le port du voile à l’école ou dans l’administration!

Une médiocrité ambiante s’est abattue sur la société Arabe qui les laisse sans voie ni vision, comme si tout d’un coup, le cerveau des 370 millions de cette population, s’était arrêté de fonctionner. L’Occident se débat lui-même dans la même problématique et semble avoir perdu le nord car la même médiocrité parait s’être abattue sur ses hommes et ses femmes d’Etat. Quelle ironie de l’histoire que le monde développé et sous-développé habitent dans le même navire sans capitaine! Les vrais Leaders sont-ils devenus une espèce en voie de disparition ?

Pour conclure, le temps est venu de mettre ce sujet sur le tapis dans le cadre d’un débat plus vaste sur l’importance du choix de la laïcité de l’Etat Tunisien et de l’impératif de la séparation de la religion et de l’Etat. 60 ans après son indépendance, la Tunisie se doit d’être pionnière de cette nouvelle bataille, sans laquelle, n’importe quel rêve de Développement serait illusoire!

Khadija Moalla, PhD
Dr. in International Law

"Il ne faut plus rien attendre de ces gens sans honneur !"


C'est bien vrai ! Ceux qui pensent que le changement viendra par la politique se trompent grandement. La politique n'est qu'un leurre tout comme cette démocratie dans laquelle nous prétendons vivre. La démocratie d'aujourd'hui n'en est pas une. Nous vivons dans une oligarchie où les élections sont truquées. On vous donne l'impression que voter sert à quelque chose mais c'est faux, tout est déjà décidé avant que vous ne mettiez votre bulletin dans l'urne. D'élections en élections, ce sont toujours les mêmes politiciens qui sont élus, les Ministres se refilent les porte-feuilles. Tout ce qui compte, c'est d'avoir une place pour s'en mettre plein les poches. Les compétences ? On s'en tape ! Les promesses ? Elles sont faites pour être reniées. Voilà ce qu'est la politique actuelle: un ramassis de vendus et de traîtres ! Un changement ne se produira qu'à partir du moment où nous serons prêts à accepter un changement profond de régime mais pour ça, il faut que les gens comprennent la réalité et qu'ils cessent d'être lobotomisés par les médias et ces pseudos politiques qui ne sont en réalité que des leurres ! Une élection ne changera rien, ce qu'il faut c'est une révolution de la société et des mentalités !



Laurent Louis

mardi 9 février 2016

Le monde d'aujourd'hui est infecte


Il faudrait une révolution pour changer de système et rendre le pouvoir au peuple mais la population semble apathique, un peu comme si elle était hypnotisée par un pouvoir politique qui l'a ensorcelée... Sans doute via les vaccins, les chemtrails, les médicaments ou encore l'argent... Toutes les conditions sont pourtant là pour que le peuple se révolte mais il préfère se planter devant sa télé comme un bon petit mouton asservi. Pourquoi ???

Les dirigeants ont à leur disposition l'armée, la police, les lois et les médias pour imposer la seule violence tolérée dans nos pays: celle du dominant ! L'agressivité née des frustrations sociales est canalisée vers des formes inoffensives pour le pouvoir: les sports, les jeux vidéo où la violence est virtuelle. Tout est conçu pour enfermer dans la résignation les jeunes, qui se retrouvent bloqués entre leur PC et leur portable. Le bon vieux système fait toujours ses preuves : "Panem et circenses", du pain et des jeux." Les syndicats, totalement politisés, sont là aussi pour donner l'impression aux travailleurs qu'ils ont leur mot à dire mais c'est du vent. Même les élections sont là pour donner l'impression au peuple qu'il dirige alors qu'elles sont truquées et que c'est une oligarchie qui ne respecte jamais la volonté de la population qui est au pouvoir. Des élus détestés par la population reviennent d'élections et élections et tout le monde trouve ça normal. Le citoyen est un vrai pigeon et on dirait qu'il aime ça !

Mais le pouvoir est tolérant: s'opposer, s'indigner, revendiquer, ne soulève aucune objection à condition bien sûr que le coup de gueule s'exprime dans l'ordre et avec dignité, qu'il ne prenne personne en otage, qu'il ne fasse aucun mal ni dégâts. On organise alors de petites manifestations sur un parcours balisé. On manifeste mais rien ne change. Les grèves d'aujourd'hui sont devenues des cortèges carnavalesques ! Le travailleur est le clown grotesque des marionnettistes qui le manipulent !

Les gens sont poussés vers des formes de contestation irénique portées par des discours du genre : "Un monde meilleur est possible". Allez convaincre de cette manière un million de milliardaires..."

Non mes amis, cette société n'a plus d'avenir. Il serait temps de se réveiller, de se mettre debout et d'oser mais qui aura le courage de le faire ??? Comment sortir de la torpeur un peuple qui se préoccupe plus de ce qu'il regardera le soir à le télévision que de ses droits et de l'avenir de ses enfants ??? Faudra-t-il que le pouvoir en place crée la guerre civile en plein coeur de l'Europe en vue de jeter les bases du nouvel ordre mondial pour que le peuple réagisse enfin ? Et encore, même si c'était le cas, je crains que la majorité ne préfère se planter un puce dans le corps pour "garantir sa sécurité" que de prendre les armes pour planter une épée dans le coeur putride de cette bête ignoble qu'incarne le système politique actuel.

Les gens sont sûrement bêtes, manipulables et lâches. Ils sont en fait tout ce que le pouvoir a voulu qu'ils soient...

Aux armes citoyens !!!!! Le changement ne viendra pas par les urnes, il ne pourra jamais venir que par la force. Que la force soit avec vous... même si je l'avoue je doute qu'un jour ce soit le cas tant j'ai vu dans ma vie plus de lâches que de braves...

Laurent Louis