jeudi 25 août 2016

Les frasques d'Air Côte d’Ivoire


C’est l’image qui fait le buzz depuis ce matin sur les réseaux sociaux ivoiriens. Mardi soir, une passagère du vol Air Côte d’Ivoire, en partance d’Abidjan pour Cotonou, Ayité Maureen, a été débarquée manu militari par des policiers, comme on le voit sur cette photo. 

Pourquoi ?? Peu avant l’embarquement, les responsables de la compagnie expliquent qu’ils ont découvert que l’avion avait un problème technique. Il a fallu, du coup, restructurer le vol, et ne garder que 82 passagers sur les 84. Deux personnes, dont Ayité Maureen, ont alors été désignées arbitrairement pour descendre. La jeune femme a refusé. Les esprits se sont échauffés. Des policiers sont alors intervenus. Ils l'ont soulevée et expulsée de l’avion. D’où cette photo pitoyable. 

Ayité Maureen n’a même pas eu le temps de récupérer son bagage à main, contenant son passeport, de l’argent, et des médicaments (elle est drépanocytaire et épileptique): il est resté dans l’appareil et s’est envolé sans elle. La jeune femme a porté plainte et espère que son témoignage, diffusé sur les réseaux sociaux, "servira à faire changer les choses" car, dit-elle, "les compagnies aériennes en Afrique se foutent des passagers qui en général ne connaissent pas leurs droits et ne font presque jamais de réclamations quand ce genre de situation se produit". En tout cas cette affaire ne grandit pas la compagnie Air Côte d’Ivoire !!

Serge Bilé

mercredi 24 août 2016

Du Beau à Rio


Rio me restera associé à des images contrastées, celles qui opposent des beaux quartiers rassurant du sud et de Barra aux quartiers populaires du Nord déshérités jugés peu sécurisant. De belles images resteront gravées dans mon esprit. Les olympiades sont aussi des moments de beauté exhibées et magnifiées dans les spectacles offert aux visiteurs. La Ville a des atouts magnifiques un cadre idyllique, cette fameuse baie qui est la plus belle du monde. Je n’ai encore rien vu de tel, Hong Kong et sa pollution ne rivalise pas même si les eaux de Rio restent fortement polluées par un système d’assainissement à revoir. Les points de vue des monticules vous donnent des vues imprenables sur la ville, bien que temps fut couvert durant la période. Le pain de sucre, le Corcovado vous offre des vues, celles qu’on vous vend pour présenter cette ville.

Les quartiers ont tous leur charme et leur identité respective, Botafogo, lappa, Flamengo et offrent aux touristes de belles images. Les jeux sont terminés, les paralympiques commencent dans 10 jours.

Cinq grandes fresques ont rendu hommage aux peuplements indiens du Brésil. Si les Européens sont arrivés, acheminant des Africains, cette terre est une terre indienne, on a trop souvent à l’oublier. Obrigado RIO §

Harry Méphon
















































Le culte du corps à Rio, le goût du sport


Rio c’est aussi le culte du corps qui s’exprime au travers des activités corporelles. Les promenades le long des plages est un embouteillage entre les joggers et les cyclistes auxquels il faut faire attention. 

Quand vous regardez la mer, vous êtes surpris des étendues des plages. Rio est une succession de plages de plus de 4 km qui porte des noms connus : Flemengo, Copacabana, Ipanema autant de plages de rêves. 

Des plages marquées par des postes de sécurité/sauvetage de 1 à 12 (je crois). Ces postes de véritables repères sont codifiés sociologiquement. Chaque groupe à son lieu avec des sociabilités distinctes, ici les surfeurs, là les footballeurs, les "Kite surf" , la jet-set, les gay, les populations des favelas, les jongleurs qui font des prouesses avec un ballon de football. Le football et le beach volley sont les sports roi du sable blanc. 

De lieux de sport occupés à tout moment de la journée. J’ai vu des terrains de football allumés à plus de minuit avec des matches. 

En allant au stade olympique ou au Maracana vous voyez des gens s’adonner à leurs pompes ou des tractions, tranquillement rien ne les dérange. On comprend aussi à quel point ses moyens d’inculcation d’un habitus sport donne du gout au sport. 

C'est de là que vient cette ferveur au football, car tout le monde joue, femme, enfant, gros, petit... Les corps sont beau et s’exhibent. Les hommes marchent, courent torse nu. Les femmes en short court sans excès de vulgarité, sont légèrement vêtus même si on est en Hiver à cette époque, les températures se rafraîchissent vite avec le vent. 

J’ai vu peu de gens se baigner la mer était mauvaise. On sent une certaine aisance dans les corps. J’ai ressenti beaucoup de douceurs dans les gestes du quotidien, des gestes que l’occidental qualifie d’indolence mais qui fait partie de la culture locale qui sans aucun doute atténue toutes les tensions. Rio est en ce sens est particulièrement douce pour moi….


Harry Méphon