lundi 26 août 2019

Macron et l'Amazonie


CITATION - "Nous sommes dans l'étonnement face au positionnement d'Emmanuel Macron qui consiste à dénoncer la destruction de l'Amazonie alors qu'il attribue 360.000 ha de forêt aux multinationales minières, en Guyane, en Amazonie FR". (Grand conseil coutumier des peuples amérindiens)

Je m’appelle Emma et je serai jugée à Paris pour vol en réunion


Je m’appelle Emma et je serai jugée à Paris pour vol en réunion, devant la 16e chambre, chambre réservée notamment aux affaires terroristes, et tenez vous bien le procès aura lieu le 11 septembre. Et ce n’est pas fini, le BLAT (Bureau de Lutte Anti Terroriste) a été mobilisé sur cette affaire.
Mon délit : avoir décroché le portrait d’Emmanuel Macron (d’une valeur de 8,70€), à la mairie du Ve arr de Paris de manière non-violente avec d’autres citoyen·nes engagé·es pour le climat du mouvement ANV Action non-violente COP21.

Qu’est-ce que je risque ? D’écoper d’une amende de 75 000€ et de 5 ans de prison. Mais je risque surtout et je ne suis pas la seule, vous et vos enfants aussi, de connaître : plus de canicules, plus de cancers, des pénuries d’eau, des famines, des guerres, des maladies, des catastrophes naturelles de grande ampleur…

Pourquoi j’ai décroché Macron ?
J’ai décroché Macron parce qu’il ne protège pas sa population.
J’ai décroché Macron pour montrer qu’il n’est pas le leader mondial du climat comme il le prétend, et qu’il décroche complètement des engagements pris à la COP21. La France émet de plus en plus de CO2 chaque année !
J’ai décroché Macron parce qu’il est sourd face aux 2 millions de personnes qui ont signé l’Affaire du siècle, ce recours en justice déposé par 4 ONG françaises contre l’État pour inaction climatique, aux jeunes qui font la grève le vendredi dans l’espoir d’un avenir dans des conditions de vie décentes, aux gilets jaunes qui demandent plus de justice sociale.
J’ai décroché Macron parce qu’il ne dit pas la vérité sur la gravité du dérèglement climatique et les conséquences réelles que cela pourrait avoir sur les citoyen·nes français·es.
J’ai décroché Macron parce que derrière les chiffres mentionnés dans les rapports scientifiques, il y a des vies humaines.
J’ai décroché Macron parce que j’ai peur pour mon avenir, celui de mes parents, de mes frères et soeurs, de ma famille, de mes ami·es.
J’ai décroché Macron, pour lancer l’alerte. Nous devons réagir ! Alors qu’en ce moment-même, la forêt amazonienne brûle, une transition douce n’est plus envisageable. Les énergies renouvelables (très peu mises en place en France) ne pourront de toutes façons pas couvrir nos besoins énergétiques actuels. Sans parler de l’effondrement de la biodiversité, qui est non seulement cruel et sinistre mais qui condamne aussi l’espèce humaine. Sans abeilles, sans poissons, nous ne pouvons pas survivre. 
Heureusement il existe des solutions déjà pensées et expérimentées par des ingénieur·es, des scientifiques, des porteur·euses d’alternatives, des citoyen·nes depuis plusieurs années et qui donnent à voir un monde plus désirable. Un monde fait de plus de sens, de justice, d’intelligence collective, à l’écoute de l’autre, du vivant.

Pourquoi le portrait du président de notre petit pays la France ?
Parce que la France, malgré sa petite taille, fait partie des pays les plus responsables du dérèglement climatique. Nos émissions de gaz à effet de serre grandissantes impactent déjà des milliers d’humains dans le monde. De plus la France a un rayonnement important en Europe et si la France se bouge, cela peut donner envie à d’autres pays de se lancer. 
Enfin, chaque dixième de degrés compte et nous avons très peu de temps.

C’est pourquoi malgré la répression que l’on subit (57 décrocheur·euses à être poursuivi·es dans 17 procès, 74 perquisitionné·es, 900 heures cumulées de garde à vue), les actions continuent : 128 portraits ont été décrochés et ont défilé dans la rue hier en marge du G7 ! Nous continuons aussi avec Alternatiba, de promouvoir les formidables alternatives qui existent déjà. Nous marchons sur nos deux jambes : nous nous opposons et nous proposons.

Bien sûr que j’aurai la boule au ventre le jour du procès mais je serai déterminée car alors que M. Macron et son gouvernement défendent des symboles, je défends la vie.

Le 11 septembre, je vais avoir besoin de votre soutien, nous allons mes co-prévenu·es Cécile Mcd, Pauline Boyer, Félix Vève, Etienne Cbrd, Marion Esnault, Alma Dufour, Thomas Galtier et moi avoir besoin de votre soutien !

Merci les ami·es ✊🌎💞

➡️ Viens pour la grande mobilisation au procès le Jour J : https://www.facebook.com/events/878973822436322/ 
➡️ Contribue financièrement à l’organisation de cette journée de mobilisation : alternatiba.eu/paris/proces
➡️ Et partage un maximum ce post !
Photo : Clément Tissot

samedi 24 août 2019


Chère Toni Morrison, j’entends encore votre rire sublime quand vous déclarez que personne ne décrit comme vous les scènes d’amour. Et c’est vrai! C’est d’abord ce que vous nous avez offert : un tel amour pour nous-mêmes que vous nous avez rendus capables d’aimer le monde.

Christiane Taubira

vendredi 26 avril 2019

“ MONUMENTUM”, L’ESPRIT (MENTUM), DE L’UNITE (MONU)…


PAS UNE SEULE DES GRANDES CIVILISATIONS NE S’EST ETABLIE SANS LE MONUMENT, ET PAS UNE N’A SURVECU SANS L’ENTRETENIR…

Faut-il que cette société matérialiste qui se noie dans un consumérisme maladif, soit régressive quant à ce qui concerne les questions de l’esprit (mens, mentis), pour que suite au désastre qui a frappé la cathédrale Notre-Dame de Paris en proie aux flammes destructrices, ce temple qui constitue un élément essentiel de l’âme même de la nation française, il se soit trouvé tant de citoyens de ce pays ignorant même de ce dont celui-ci s’est fait au cours des siècles, pour se désoler du fait qu’une mobilisation sans pareille soit parvenue en si peu de temps, à rassembler des sommes énormes et introuvables pour toute autre cause… ?

Si ces gens sont à ce point désolés, c’est d’abord parce qu’ils ne s’envisagent d’une façon volontiers narcissique, que selon leur singularité “physique”, et de plus, sans davantage d’exigence les contraignant en tant qu’humains, que les autres êtres de cette planète. Dès lors, du fond d’un “athéisme” inébranlable dont ils se réclament maladroitement au nom d’une science dont ils manquent de constater la limite de ses réponses à nos questionnements, ils ne prennent jamais conscience qu’ils participent fatalement d’une “collectivité” qui quant à elle, constitue par définition une “métaphysique”, c’est-à-dire un fait établi “au-delà” (meta) de la physique des individus. L’idée qu’il serait un “au-delà” d’eux “immatériel”, constituant leur autre dimension et dont ils seraient forcément tributaires, leur est des plus éloignées. Ils n’ont de préoccupation que quant aux nécessités des “êtres physiques” qu’ils entendent voir satisfaites avant toute autre chose, et ne retiennent la notion “ d’être moral” que comme étant la définition juridique de toute forme d’association dite “personne morale”, et rien de plus…

Partant de là, l’idée selon laquelle la nation tout entière constituerait bel et bien un “être moral métaphysique”, immatériel, transcendant les singularités physiques des individus qu’elle rassemble en son sein, et qui comme telle, doit voir prioritairement satisfaites les nécessités de son “être”, puisqu’il ne peut rien être et se maintenir sans nécessité, leur passe totalement au-dessus de la tête. Seul compte pour eux le fait que les individus voient leurs besoins immédiats satisfaits, et ils se moquent de considérer que ces besoins ne peuvent être satisfaits que selon les moyens mis en œuvre au sein de leur collectivité, et que cette dernière doit être dans le meilleur des états, pour être justement en capacité de satisfaire ces demandes.

Même si on n’est pas au fait de ces questions métaphysiques, il est cependant facile de comprendre qu’une collectivité comme telle, c’est-à-dire dans ce qui “d’immatériel”, fait qu’il ne s’agit pas de la seule proximité d’individus indifférents les uns des autres, donc dans ce qui se trouve à la base de toute constitution de société et partant de là, du développement de toute civilisation, nécessite tout d’abord d’être établie selon un projet commun, une “espérance” de mieux-être qui doit y être entretenue, et qu’il serait illusoire d’attendre de cette collectivité qu’elle permette à ses individus de se réaliser, si elle manque elle-même d’être affirmée...


C’est donc l’oubli du caractère métaphysique, immatériel, et transcendantal, de ce qui la “sous-tend” nécessairement, tant dans son développement que dans son simple maintien, par une société frappée par “l’apostasie”, et qui est d’autant plus éloignée de comprendre que telle est justement l’incohérence qui crée sa déchéance, qui va conduire ses membres rendus dès lors “avides” du fait même que leur société dissolue crée en eux un “manque affectif”, alors qu’ils disposent d’un niveau de vie bien supérieur aux trois-quarts de notre humanité, à ignorer les nécessités métaphysiques de leur société…


La “physique” c’est l’ensemble des faits “déterminés”, c’est-à-dire établis entre deux “termes”, deux “limites”, un début et une fin, tant dans l’espace que dans le temps, ce qui en fait ainsi des “réalités” qui se trouvent constituées “sous forme” comme étant chacune “une”. Ceci, étant entendu que “l’indéterminé” sans limite, donc “infini” et “éternel”, et telles sont bien les qualités reconnue à “la Transcendance”, ne saurait constituer une réalité physique…

La “métaphysique” quant à elle est cet immatériel qui se trouve établi hors des formes de la physique c’est-à-dire à la fois, en-deçà et au-delà de celles-ci, et qui comme telle est fondamentalement un “exercice” par lequel ces formes “communiquent” nécessairement entre elles, puisque sinon, rien ne serait constitué en notre univers, et à l’occasion duquel une pluralité de ces formes se trouve constituée en un “tout” comme si elles ne formaient “qu’un”. Un paradoxe réside alors dans le fait que cet élément essentiel d’une science dite la physique, à savoir la “force”, et qui lie les formes physiques, est quant à elle strictement métaphysique, et c’est justement cette discontinuité physique/métaphysique, qui permet le maintien de la spécificité de ces formes physiques.


Il vient de là que par définition, la métaphysique ne possède pas de limite selon elle-même de sorte qu’en la considérant dans sa globalité, elle ne demeure qu’une “potentialité” d’exercice et n’a de réalité que si un cas d’exercice se trouve occasionnellement déterminé. Or, ceci ne peut se faire que par une forme physique lui étant associée, qui le détermine et qui spécifie partiellement cette métaphysique en la faisant “une”, donc en en faisant une singularité qui devient ainsi “une métaphysique” particulière, selon un exercice spécifique…

Ainsi, la métaphysique ne peut-elle devenir “effective”, c’est-à-dire exercer vraiment sur des formes physiques telles que des humains, en les déterminant dans le temps selon un devenir, que si elle se trouve elle-même occasionnellement déterminée en étant rapportée à un objet physique, et en devenant ainsi une métaphysique particulière. Telle est ainsi la fonction principale du “monument” qui constitue la nécessaire corrélation physique de tout exercice métaphysique ayant pour finalité de faire “un” en partant de plusieurs, et qui est ce que les anciens appelaient le “simulacre” ou encore “l’idole”…

Il est remarquable à ce sujet que lors des conflits dans les temps anciens, la toute première préoccupation des vainqueurs était de s’emparer de l’idole des vaincus, pour priver ces derniers de l’exercice favorable sur eux d’une métaphysique déterminée selon elle, et constituant ainsi leur dieu tutélaire, et pour en bénéficier à leur place en plaçant cette idole dans leur panthéon…

C’est ainsi que devenu par le fait un simulacre de “l’universalité”, un gigantesque index de granit pointé vers le ciel et signifiant de la sorte qu’exerce en ce lieu “ce qui fait un”, capturé dans un temple égyptien où, associé à un autre ils signifiaient alors “ce qui fait deux”, c’est-à-dire la “diversité”, a-t-il été installé à Paris conformément à la vocation universelle de cette ville, sur une place qui fut précisément dite “de la concorde”, plus de trente ans avant de le recevoir...

Il vient de cela qu’aucune grande civilisation n’a pu se développer sans ce rapport de réciprocité établi entre la pluralité physique de ses individus, et la singularité métaphysique de sa collectivité, et selon laquelle c’est par le monument qu’ils lui dédient et pour la réalisation gigantesque duquel ils doivent nécessairement “s’unir”, que va se trouver déterminée une métaphysique qui par “liaison en retour”, selon le sens fondamental du mot “religion”, exercera sur eux, en les déterminant à agir encore davantage dans le sens d’une cohésion qui a fait de cette métaphysique une réalité effective, cohésion qu’elle représente alors et qui fera la faveur de cette civilisation…

C’est en cette réciprocité de la détermination qui s’opère à la faveur du monument, entre la pluralité physique des individus et une métaphysique de leur collectivité que consiste “l’autorité”, c’est-à-dire le fait que les individus se trouvent “obligés” par un exercice sur eux, qui découle de leur propre entreprise commune, et qui par cela, l’encourage jusqu’à l’exploit en entretenant leur cohésion…

Comme il est facile de le vérifier, il n’y a donc pas de société dont la grande cohésion entre ses membres et l’autorité qui en découle, en a fait une grande civilisation et qui a pu se maintenir ainsi, sans le monument et la métaphysique réalisée selon lui, laquelle constitue ainsi l’âme sous-jacente de cette société autrement dit, ce qui la sous-tend dans son “être” et dont le monument est la nécessaire corrélation physique...

Non, pas davantage que les autres nations ayant fortement marqué l’histoire, la France n’est pas devenue cette grande nation sans la multitude d’églises et de cathédrales qui la peuplent, ni sans les nombreux châteaux et palais et ses autres merveilles architecturales qui, nécessitant elles aussi un grand effort commun, correspondent à la même métaphysique, celle d’une forte détermination de ses hommes qui sous-tend l’excellence de la nation…

Dès lors, détruire le monument comme on s’emploie à le faire actuellement où des églises se trouvent sans cesse détruites, ou ne pas l’entretenir comme ce fut certainement la cause de l’incendie qui a frappé Notre-Dame, et ceci, alors que parallèlement dans cette société vénérant le veau d’or, un discours politique ne cesse de célébrer la brute prédatrice contre l’homme socialisé, et la réussite individuelle contre la réussite collective, constitue la voie de la descente aux enfers dans laquelle nous sommes désormais engagés…

Cependant, on considérant selon la parole du grand Confucius, que les épreuves ne sont que des occasions déguisées, profitons de celle-ci pour remettre la nation dans le sens de la marche, et mobilisons-nous massivement et avec enthousiasme et détermination, pour rétablir la métaphysique de Notre-Dame dont l’exercice constant des siècles durant, aura été déterminant dans ce qu’est devenue et demeure la France, et qui a besoin de toutes ses représentations, de ses cathédrales, pour que cet exercice puisse s’opérer de Chartres à Reims en passant par Amiens, Laon, Beauvais, et Paris, selon la pluralité de ses aspects…

Bien-sûr il faudrait en dire beaucoup plus sur ce que représente exactement Notre-Dame ainsi nommée par les templiers, et qui est la métaphysique de la “mère” spirituelle dite autrement “Marie”, et sur les implications de son exercice. Il faudrait également en dire plus sur la prouesse architecturale qui a donné toute son ampleur à cet exercice de Marie sur la nation. Cette prouesse résidait en effet dans un art de la construction de la “voûte”, un art “magique” qui était précisément un art de “l’envoûtement” qui comme tel, était la corrélation physique de la soumission métaphysique à une “volonté”, qui est l’envoutement ainsi nous le comprenons habituellement…

Cet art fut dit “gothique”, ce qui n’a strictement rien à voir avec les Goths, par rapport au mot “goat” signifiant la “forêt” comme en breton, laquelle forêt correspond bien à une “magie” qui s’opère selon l’exercice sur elle d’un “tropisme” qui détermine la pousse verticale des arbres. Il s’agit alors en ce tropisme, de celui que les naturalistes soucieux de ne pas discréditer leur enseignement par l’utilisation d’un terme à connotation religieuse, désignent improprement comme étant un “géotropisme négatif”, pour ne pas parler tout simplement d’un “tropisme céleste”, et qui est le même qui reproduit par la voûte, provoque “l’exaltation”, c’est-à-dire la détermination vers le “haut” (altus), donc vers un au-delà d’eux afin de “l’exploit”, des fidèles…


Mais développer tout cela prendrait des pages…

Paris, le 26 avril 2019
Richard Pulvar

dimanche 21 avril 2019

En 10 mois, 11 monuments brûlés


L'église Notre-Dame-de-Grâce. -Avril 2019
Notre-Dame de Paris en avril 2019
Saint-Sulpice à Paris en mars 2019, 
Cathédrale Saint-Alain de Lavaur (Tarn) en février 2019, 
Saint-Jacques à Grenoble en janvier 2019,
Église du Sacré-Cœur à Angoulême en janvier 2019, 
Saint-Jean-du-Bruel en octobre 2018
Villeneuve d'Amont en août 2018
Sainte-Thérèse à Rennes en juillet 2018, 
Eglise Saint-Paul de Bas Caraquet en juin 2018, 
Notre-Dame des Grâces à Revel en juin 2018..

samedi 13 avril 2019

AL MACRONE, L’HOMME DU SYNDICAT DU FRIC…


Nous en avons tous bien conscience maintenant, même s’il nous est encore difficile d’admettre cette vérité, mais ce pays est bel et bien tombé entièrement sous la coupe de toutes les mafias, tout d’abord celle des puissants possédants qui se sont employés avec succès, à se substituer au pouvoir politique dont ils ont fait des membres de l’exécutif, leurs marionnettes, et des membres du législatif, leurs idolâtres. Ceci, afin que toute l’organisation de la cité ne se fasse plus qu’en vue de leurs seuls intérêts, au détriment des intérêts du plus grand nombre et surtout des plus modestes …

Mais il y a plus grave encore, certains de ces puissants représentent les intérêts tant économiques que géopolitiques de puissances étrangères malfaisantes et volontiers hostiles à la nôtre, dont les services sont parvenus par la manipulation politico-médiatique et financière, à placer un de leurs agents au somment même de l’état, pour qu’il puisse servir leur intérêts, au détriment cette fois des intérêts supérieurs de la nation, en faisant par le fait de celui-ci, un traitre à la nation, situation si terrifiante que bien peu osent prendre acte de cette réalité…

Oui nous en sommes là, sous la coupe de nationaux qui contestent à leurs concitoyens le droit de pouvoir vivre dignement de leur effort et d’assurer l’avenir de leurs enfants, et d’étrangers qui s’en viennent faire main basse sur tous les fleurons de l’industrie de ce pays, grâce aux décisions prises par leur homme de main…

Plus personne dans ce pays ne peut manquer de faire ce constat, même si bien peu en déduisent ce que doit être partant de là, leur devoir, tant cette malfaisance s’abat sur nous avec la plus totale obscénité, sans se cacher, sans même que ses nervis ne feignent la probité, et ne se privent d’accompagner leurs actes d’un flot d’injures et de mépris.

Cependant, à cette heure et malgré cette évidence, aucun mouvement de libération de ce peuple en souffrance n’aura encore trouvé, ni ses leaders, ni ses mots d’ordre. Et ceci, parce que ces puissants dont le machiavélisme a fait la fortune, ont su très habillement se rendre les maitres de la situation en exploitant comme avec la bouteille que l’on tend à l’alcoolique pour le manipuler, tous les vices des citoyens qui, au nom de la modernité, se sont libérés depuis quelques temps déjà de toutes les exigences comportementales jugées arriérées et inutilement contraignantes, des différentes ascèses philosophiques ou religieuses.

C’est donc par l’exploitation, grâce à un appareil médiatique totalement mis au service des ambitions politiques de leurs agents, lesquels ne savaient que faire appel aux bas instincts pour se remplir les urnes, de l’égoïsme, du narcissisme, de l’individualisme, de l’avidité, de la convoitise, du sectarisme et de tous les racismes, qu’ils sont parvenus à réduire l’espace social à un champ d’affrontements entre différents clans, qui ne laissait aucune chance pour qu’une solidarité puisse s’organiser contre eux…

C’est de l’effondrement moral de toute cette société que s’alimente la toute puissance de ceux qui s’en sont rendus maitres à cette occasion, mais c’est ce que les citoyens accablés ne veulent pas constater, ce qui ferait accroitre encore leur accablement…

C’est ainsi que le premier geste d’un groupe prétendant s’opposer au pouvoir, fut non pas de s’attaquer directement à celui-ci par ses représentations et ses institutions, ni même de rechercher par un travail patient de conscientisation à mener une action concertée avec les autres citoyens contre celui-ci, mais tout simplement de contraindre par la force et la violence les autres citoyens dans leur liberté de mouvement, d’incendier leurs biens en dévastant des avenues entière, de provoquer la mort d’innocents sur des carrefours bloqués. Ceci, afin de se servir des dommages et de la douleur ainsi créés, contre des citoyens qui n’y sont pourtant pour rien dans la conduite des affaires du pays, comme d’un moyen de chantage contre le gouvernement…

Cette façon imbécile de s’en prendre aux plus faibles afin d’atteindre les plus forts, n’avait bien-sûr aucune chance de parvenir, mais elle témoigne surtout du manque total de sentiment d’appartenance à une même collectivité, de gens qui tentent chacun pour soi de régler son problème, non pas avec les autres, mais en se servant des autres…

C’est donc face à une société dissolue et en ce sens presque déjà morte et qui pour cette raison même, est devenue la proie facile des prédateurs, que nous nous trouvons. Dès lors, croire qu’il sera possible de vaincre ces derniers simplement par des mouvements de rue et des dégradations, sans jamais que ne soit préalablement posée et discutée la question d’une nouvelle fondation pour cette société, selon une nouvelle compréhension de ce en quoi consiste le développement, et surtout sans le rétablissement de la cohésion sociale après tant d’années d’une négation doctrinaire par les tenants du système, de la positivité plurielle, telle est l’illusion dans laquelle s’entretiennent ceux qui croient qu’il suffira d’un mouvement de revendication pour cela…
J-C Pulvar

dimanche 30 décembre 2018

Au bout de 36 ans, Mumia Abu-Jamal ex-condamné à mort, obtient le droit de faire appel de sa condamnation


Jeudi 27 décembre, le juge Tucker a fait connaître sa décision. Elle est fondée sur le fait que Ronald Castille, alors juge en chef à la Cour suprême de Pennsylvanie, aurait dû se récuser lors de l’examen de l’affaire Mumia en raison de son implication précédente en qualité de procureur sur le même dossier et de ses déclarations favorables à la peine de mort lorsqu’il s’agissait d’homicide de policiers.

Le juge Tucker écrit « L’attente du public d’une justice impartiale était nécessaire. La moindre apparence de partialité ou d’impartialité mine le système judiciaire dans son ensemble ». Et de conclure « Une nouvelle plaidoirie devant la Cour suprême de Pennsylvanie serait donc préférable ». C’est une manière de reconnaître la nécessité d’un nouvel appel non entaché de parti pris.

L’avenir judiciaire de Mumia est désormais entre les mains du procureur général Larry Krasner, élu en 2017 et connu pour ses positions progressistes, notamment sur l’incarcération de masse, les discriminations sociales et raciales, les agissements de la police. Le procureur est en train d’examiner la décision et n’a pas encore décidé de la contester. Pour ce faire, il dispose d’un délai de 30 jours.

Cette victoire légale et inédite est peut-être une chance de faire libérer Mumia en prison depuis 37 ans. 

Ce succès judiciaire vient de la mobilisation internationale qui a contribué à faire émerger la vérité. Elle doit se poursuivre pour que Mumia quitte définitivement l’univers carcéral où il est enfermé depuis 1981.

Ces informations nous viennent du Comité français de soutien à Mumia Abu Jamal, animé par Jackie Hortaut. Il s’agit du plus dynamique comité international de soutien à Mumia.

Gilbert Pago
Président du Comité Martiniquais « Sauvez Mumia Abu Jamal ».