dimanche 16 février 2020

Griveaux tu abuses !


Tu as fait de grandes études, fréquenté de grandes écoles, tu as été ministre, tu es censé être une personne sensée, un homme intelligent, et tu ne trouves rien d'autre de mieux que d'envoyer des images de ta bistouquette à la compagne d'un activiste russe mentalement dérangé, alors que tu es en pleine campagne électorale pour la conquête de la mairie de Paris ?

Avoue que tu as simplement trouvé un moyen audacieux de te retirer de cette campagne électorale que tu sais perdu d'avance, et tout ceci en te faisant passer pour une victime.

C'est finement joué !

Evariste Zéphyrin

samedi 15 février 2020

Pour l'instant les Chinois ont pris les mesures draconiennes voire inhumaines pour contenir le virus


Des pratiques de confinement, d'enferment, de brutalité, même d'élimination directe ou indirecte, ce qui en temps normal aurait fait bondir les défenseurs des droits de l'homme, mais avec le risque d'une pandémie mondiale tout ce petit monde est taisant, ils sont aux abonnés absents, même relaient toutes les sornettes et les faux bilans que les autorités chinoises nous abreuvent depuis le début de l'épidémie.

Les voix discordantes en Chine, notamment les citoyens-journalistes qui à travers leurs vidéos informaient le reste du monde de la situation réelle dans le Wuhan et Hubei ont été arrêtés, du moins ont disparu de la circulation, personne ne sait que ce les autorités chinoises ont fait d'eux, on suppose qu'ils ont été internés.

Des disparitions qui ont freiné le flux de vidéos qui nous arrivait. Quelques téméraires postent encore, mais ce sont plus les brutalités policières qui sont dénoncées envers les civil(e)s qui ne portent pas de masque, ceux qui bravent la quarantaine, qui ne respectent pas l'interdiction de réunion ou qui tentent de s'enfuir des zones de confinement.

Bref, tant que les Chinois font le job, toutes ces démocraties droit-de-l'hommiste hypocrites comme pas deux sont satisfaites, même vu qu'ils contredisaient et tançaient leur radio propagandiste affiliée à la CIA et consorts " Voice of América" qui donnaient des chiffres quant aux morts dus au coronavirus bien plus importants que les chiffres officiels.

Tout va bien Mme la marquise !

"Les efforts de la Chine sont "remarquables", une coopération internationale est nécessaire, selon le chef de l'aide humanitaire de l'ONU."

vendredi 14 février 2020

Une année en renouvellement




En cette année 2020, les Babalawos nous ont informé que cette année est placé sous la co-présidence d'une divinité ambivalente, dieu de la vie, dieu de la mort, dieu de la jeunesse, dieu de la vieillesse, cela laisse craindre une hécatombe chez les vieux et les jeunes.

mercredi 12 février 2020

Macron and co


Les deux Sinistres sont en campagne électorale, ils espèrent être réélus pour continuer leur casse du système social, de santé, scolaire, bref, ces sicaires de l'ultralibéralisme ont des projets pour la France des gens qui comptent, quant à ceux qui ne sont rien, ils s'enfonceront vers le moins que rien.

Evariste Zephyrin

mardi 11 février 2020

Audition en catimini de Ségolène Royal : INADMISSIBLE


C’est avec une très grande surprise que je découvre que Madame Ségolène Royal sera auditionnée à huis clos par le Bureau de la Délégation aux Outre Mer, composé de 11 membres, ce lundi 10 février à 17H.

A quel jeu malsain joue le Président En Marche de la Délégation ? Je rappelle que j’ai été le premier dès le 31 janvier dernier a adressé un courrier à Monsieur Olivier Serva pour lui demander d’organiser l’audition de Madame Royal par la Délégation aux Outre Mer avec TOUS SES MEMBRES.

Y’a-t-il une volonté de LREM de ne pas faire de vague dans la crainte de découvrir un scandale d’Etat ?

Pourquoi la grande majorité des députés ultramarins est elle écartée de cette audition alors que nous sommes les premiers concernés. Car sur les 11 membres composant le Bureau, seuls 4 députés sont d’Outre Mer.
Il est inadmissible ce genre de fonctionnement et j’exprime ici ma grande colère.

Ce dossier grave ne doit souffrir d’aucune volonté d’étouffer l’affaire ; d’aucune volonté de protéger qui que ce soit ; d’aucune volonté de récupération.

Les différents peuples d’Outre Mer ont le droit à la vérité dans la transparence. Nos enfants auraient été mis en danger selon Madame Royal « par des professeurs pédophiles mutés en Outre Mer ».

Toute la vérité doit être connue et au grand jour ; pas en catimini.
Un courrier de protestation de ma part est transmis ce jour au Président de la Délégation aux Outre Mer.

Jean Hugues RATENON
Député de la Réunion.

jeudi 9 janvier 2020

Non, il n'y aura pas de guerre mondiale... car c'est justement à un renforcement de l'ordre mondial auquel nous assistons...


L’ironie de cette affaire, c’est que l’organe exécutif de cette noble institution dont la vocation première est de permettre de parvenir même dans les cas difficiles, à un règlement pacifique des conflits, le conseil de sécurité des Nations Unies, aura été placé dès le début sous l’autorité de cinq membres permanents de ce conseil, disposant d’un droit de veto, et qui vont tendre au fil des ans et des crises, à devenir les cinq patrons de ce monde, alors qu’il s’agit historiquement des cinq nations les plus guerrières et impérialistes, que notre planète aura jamais portées…


Bien-sûr, leur représentation démographique justifiait au départ cette exception statutaire. Car, avec l’empire américain, l’empire soviétique, l’empire chinois, l’immense empire britannique qui représentait ¼ des terres émergées de cette planète, et l’immense empire français qui représentait quant à lui 1/10ème des terres émergées, ces cinq nations qui cumulaient à l’époque 70% de la population de notre Terre, ne se trouvaient pas au même niveau de responsabilité que les autres.

Cependant, c’est surtout le fait qu’il s’agit en celles-ci, des cinq pays vainqueurs de la deuxième guerre mondiale et qui au sortir de celle-ci, étaient les cinq pays les plus puissants militairement, sur cette Terre, et donc les seuls à même de pouvoir faire respecter un ordre mondial, dont on espérait alors qu’il ne serait pas trop marqué par leurs rivalités, qui leur vaudra de bénéficier de cette exception.

Ce n’est donc dès le départ, ni par la raison, ni par la justice, ni même par le droit, que va se trouver établi l’ordre mondial, mais par l’équilibre de la terreur, ce qui ne correspond en rien à l’esprit de la charte des Nations Unies, puisque ces cinq nations dans leur rivalité, vont devenir les cinq grandes puissances nucléaires menaçantes, et s’arrangeront pour le demeurer définitivement à la faveur du traité de non prolifération nucléaire, dont certaines soupçonnent l’Iran de vouloir s’y soustraire…

L’ordre mondial actuel est donc un ordre maintenu par la terreur, un ordre injuste parce que les différents peuples n’y sont pas pareillement partie prenante, un ordre immoral, parce que les grandes puissances s’affrontent par des puissances intermédiaires auxquelles elles font supporter les dévastations de leurs guerres par procuration, et parce que d’une façon générale, il consacre la loi du plus fort, des plus riches, et des guerriers, et un ordre totalement antidémocratique, puisque les citoyens du monde n’y sont pour rien et n’y contrôlent rien…

Cependant, la nature ayant horreur du vide, cet ordre mauvais s’impose malgré tout parce que les peuples ont manqué jusqu’ici d’œuvrer efficacement afin de l’établissement d’un meilleur, et ce d’autant que selon un courant qui tend à se répandre, certains, manquant de constater la total interdépendance dans laquelle se trouvent désormais les nations de ce monde, contestent le principe même et la nécessité d’un tel ordre. Mais il est remarquable que c’est cet ordre, modifié par la montée en puissance de la Chine et la remontée en puissance de la Russie, qui ne permet plus, même aux Etats-Unis d’Amérique, d’engager une véritable guerre contre l’Iran, comme ils ne se sont pas gênés de le faire en employant les prétextes les plus dévoyés, contre l’Irak et la Libye…

Comprenons donc une bonne fois que quel qu’il sera, il ne manquera certainement pas de s’établir d’une façon ou d’un autre un ordre mondial, que ce soit le meilleur ou le pire, régissant les rapports entre les nations, qu’il s’agisse d’un ordre issu de la force ou d’un ordre issu du droit, parce qu’à notre époque un ordre mondial s’impose absolument, l’actuel étant un ordre sauvage, compte tenu des mécanismes de nos sociétés modernes avec des avantages auxquels nul ne renonce, qui impliquent l’ouverture de ce monde dans tous ses espaces…


Que les uns et les autres comprennent donc enfin, que l’ordre mondial qui se met progressivement en place est un phénomène logique et tout simplement inévitable de notre époque, et qu’il leur appartient dès lors d’œuvrer afin de le réaliser en un ordre légal, moral, juste, et fraternel, pour que ne s’impose pas là comme ailleurs, l’éternelle loi du plus fort, laquelle s’appliquera avec d’autant plus de cruauté qu’aucune règle internationale ne lui sera opposée…

Richard Pulvard

Dans la série ni Ouattara, ni Gbagbo, ni Bédié, ni Soro !


Je partage avec vous les deux tweets qui font le buzz aujourd’hui chez les facebooker ivoiriens. En haut, le tweet moqueur de l’ancien ministre Alain Lobognon, lors de l’arrestation de Laurent Gbagbo en avril 2011. En bas, le tweet inquiet de sa femme ce matin, après l’arrestation et l’emprisonnement de son mari, le même Alain Lobognon, en rupture de ban avec ses anciens amis au pouvoir à Abidjan.

Tout en partageant la douleur de cette femme, qui fait partie ici de mes contacts, tout en plaidant pour une issue heureuse pour son époux, je ne peux que regretter l’attitude de beaucoup de politiciens africains qui pensent rarement à demain.

Quand ils sont forts ou en cheville avec les puissants, ils méprisent leurs adversaires et/ou foulent aux pieds leurs droits, en oubliant que la roue tourne toujours. C’est le cas d’Alain Lobognon et de Guillaume Soro, pour ne citer que ces deux-là qui font l’actualité… 


Il ne faut jamais transiger sur les principes démocratiques quand on est au pouvoir car le pouvoir n’est pas éternel. Il ne faut jamais transiger sur les principes démocratiques quand on est dans le camp du vainqueur, car demain le vaincu peut devenir le vainqueur et être tenté de prendre sa revanche. Il ne faut jamais transiger sur les principes démocratiques quand on est tout en haut, car les alliés du moment peuvent devenir des ennemis l’instant d’après. Il ne faut jamais transiger sur les principes démocratiques quand on commente les actes des hommes et femmes politiques, quels qu’ils soient, parce que l’intérêt supérieur d’une nation vaut plus que les arrangements personnels. On le dit depuis 30 ans. On le dira encore contre vents et marées…

Serge Bilé